Jean-François Lisée a présenté son plan pour le transport en commun à Montréal, mardi.

Le PQ propose un vaste plan de transport à la place du REM

MONTRÉAL - Le Parti québécois (PQ) propose l’abandon pur et simple du Réseau express métropolitain (REM) pour réorienter l’argent vers un vaste réseau de bus rapides, de tramways et une bonification majeure des services de trains de banlieue pour desservir l’ensemble de la grande région métropolitaine.

LIRE AUSSI : L’abandon du REM compromettrait le projet de tramway, selon le ministre Fortin

L’ambitieux plan de transport en commun, baptisé «le grand déblocage» prévoit neuf circuits de bus rapide dans l’Est et l’Ouest de Montréal, sur la Rive-Sud et sur la couronne Nord, cinq lignes de tramway desservant le secteur de l’hippodrome, l’aéroport international Pierre-Elliott Trudeau, l’Est de Montréal jusqu’à son extrémité et le boulevard Saint-Laurent.

Le cinquième service est un tram-express sur la Rive-Sud qui occuperait la voie réservée du pont Champlain, mais qui desservirait également le boulevard Taschereau et se rendrait jusqu’à l’aéroport de Saint-Hubert dans une direction et jusqu’à Saint-Constant dans l’autre.

Quant aux trains, le plan du PQ prévoit des ajouts de gares et de départs sur la quasi-totalité des lignes et une desserte plus éloignée pour quatre d’entre eux, soit jusqu’à Saint-Hyacinthe pour le train de Saint-Hilaire, jusqu’à Saint-Jean-sur-Richelieu pour le train de Candiac, jusqu’à Joliette pour le train de l’Est et le train de l’Ouest se rendrait à Coteau-du-Lac.

Le Parti québécois soutient que tout ce plan peut être réalisé pour le même prix que le REM, soit 7,4 milliards $.

Il mise sur une participation de la Caisse de dépôt et placement du Québec à la même hauteur que pour le REM, soit 3 milliards $ à défaut de quoi il estime être en mesure de dégager les sommes équivalentes avec la réduction des paiements de la dette, un financement plus élevé d’Ottawa et le Fonds vert.

Une inconnue importante demeure, toutefois: le coût d’annulation des contrats déjà engagés par la Caisse qui est confidentiel.