Les candidats John Fraser (Ottawa-Sud), Lovina Srivastava (Nepean),Yasir Naqvi (Ottawa-Centre), Bob Chiarelli (Ottawa Ouest-Nepean) et Nathalie Des Rosiers (Ottawa-Vanier) ont présenté leur plan pour le pont Prince-de-Galles, mercredi matin.

Le pont Prince-de-Galles dans la mire des libéraux

Les candidats libéraux d’Ottawa promettent, si leur gouvernement est réélu lors du scrutin provincial du 7 juin, d’allonger le financement nécessaire pour la revitalisation du pont Prince de Galles, permettant ainsi à long terme au train léger de traverser du côté québécois de la rivière des Outaouais.

Réunis lors d’un point de presse mercredi à proximité de l’ancien pont ferroviaire érigé en 1880, les candidats Yasir Naqvi (Ottawa-Centre), Nathalie Des Rosiers (Ottawa-Vanier), John Fraser (Ottawa-Sud), Bob Chiarelli (Ottawa Ouest-Nepean) et Lovina Srivastava (Nepean) se sont engagés à inclure le projet dans leur programme de transport. Ils souhaitent travailler en collaboration avec les villes d’Ottawa et de Gatineau ainsi que les gouvernements fédéral et du Québec pour faire avancer ce dossier qui fait l’objet de discussions depuis plusieurs années déjà.

Ils affirment que la restauration de ce lien et l’aménagement d’une nouvelle ligne de l’O-Train contribuerait à « réduire la congestion des heures de pointe sur les autres ponts entre Ottawa et Gatineau, et permettrait aux résidents de se rendre plus facilement là où ils doivent se rendre. »

Depuis de nombreux mois, le maire d’Ottawa Jim Watson soutient qu’un prolongement du tracé du train léger vers Gatineau serait pour lui « l’étape 3-B », une fois les étapes 2 (prolongement à l’ouest jusqu’au chemin Moodie, à l’est jusqu’au chemin Trim et jusqu’à l’aéroport au sud) et 3-A (prolongement vers Kanata) complétées, dans un horizon de 5 à 7 ans.

Depuis, un Groupe de travail conjoint sur le transport réunissant des élus municipaux des deux côtés de la rive et des responsables d’OC Transpo et de la STO a été créé. Une première réunion a eu lieu en février et la seconde est prévue cet été.

Les coûts de réfection du pont, propriété de la Ville d’Ottawa depuis 2005, sont évalués à quelques dizaines de millions $. Les candidats libéraux n’ont toutefois pas été en mesure de chiffrer à combien pourrait s’élever la contribution du gouvernement ontarien pour le projet. 

Chaque jour, plus de 60 000 personnes transitent quotidiennement entre Ottawa et Gatineau. Les déplacements interprovinciaux sont appelés à hausser de 65 % d’ici 2031.

Réaction à la Ville d'Ottawa

De son côté, la Ville d’Ottawa a toujours indiqué qu’il était nécessaire que les différents paliers de gouvernement s’impliquent afin de financer ce projet entre les deux villes. 

Le président de la Commission du transport en commun, Stephen Blais, a affirmé mercredi que l’arrimage des deux systèmes en utilisant le pont Prince-de-Galles a toujours été dans les plans futurs.

« Je pense que notre priorité reste encore une extension de la phase 2 à Orléans et Riverside Sud et ensuite l’extension vers Kanata. Notre priorité c’est les résidents d’Ottawa », confie M. Blais.

Avec Sylvie Branch, Le Droit