Le projet d’un pont sur l’île Kettle, reliant la montée Paiement à la promenade de l’Aviation, a repris vie.

Le pont Alexandra remplacé et le sixième lien relancé

C’est confirmé : non seulement le fédéral planche sur un plan afin de remplacer le pont Alexandra, infrastructure vieille de plus d’un siècle qui enjambe la rivière des Outaouais, mais il ressuscite du même coup le processus d’étude d’un sixième lien reliant Ottawa et Gatineau.

La nouvelle révélée par Le Droit en début de semaine est inscrite noir sur blanc dans le budget 2019 dévoilé mardi.

« Le nouveau pont Alexandra aura des avantages économiques durables pour les municipalités des deux côtés de la rivière des Outaouais, et, de façon plus générale, pour l’ensemble de la région », indique le gouvernement.

À LIRE AUSSI : Démolition du pont Alexandra: l’île Kettle n’est pas une option, selon Watson

À LIRE AUSSI : Démolition du pont Alexandra: pas un argument pour un pont dans l’est, dit Pedneaud-Jobin

Aucun échéancier ni montant d’argent précis ne sont inscrits au budget, mais selon les informations obtenues par Le Droit lundi, c’est dans un horizon de cinq à dix ans que le pont construit au tout début du 20e siècle tombera sous le pic des démolisseurs. Un autre pont serait ensuite érigé au même endroit, dans un délai approximatif de trois ans.

Le débat sur un sixième lien entre les villes d’Ottawa et de Gatineau, qui a fait couler énormément d’encre au cours des dernières décennies, y compris récemment, est officiellement relancé. 

En effet, le fédéral annonce dans son budget qu’il veut « répondre au besoin démontré d’un point de passage supplémentaire dans la région de la capitale nationale en mettant à jour les études existantes et en élaborant un plan provincial intégré de longue durée sur les points de passages interprovinciaux, dirigés par la Commission de la capitale nationale (CCN), en collaboration avec les deux gouvernements provinciaux et les villes de Gatineau et d’Ottawa. »

En clair, on souhaite rafraîchir l’étude sur un sixième pont qui avait été menée par la CCN il y a quelques années et qui avait permis de scruter à la loupe plusieurs corridors possibles, dont un via l’île Kettle, reliant la montée Paiement à la promenade de l’Aviation. Au final, c’est ce dernier qui avait été retenu comme le plus optimal, avant que le projet ne soit abandonné en 2013 en raison du refus du gouvernement ontarien et de la réticence d’élus ottaviens. 

Depuis, la Ville d’Ottawa privilégie l’option d’un tunnel reliant le pont Cartier-Macdonald à l’autoroute 417, afin d’éliminer les camions lourds de son centre-ville.

Ferme volonté

Selon nos informations, au-delà de ramener une étude sur la table à dessin, le gouvernement fédéral aurait la très ferme volonté d’aller de l’avant avec la construction de ce sixième lien chevauchant la rivière des Outaouais.

Pourtant, rappelons qu’alors que le député de Gatineau, Steven MacKinnon, est favorable à ce projet et en fait l’un de ses principaux chevaux de bataille, sa collègue d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, soutenait pas plus tard qu’en janvier dernier qu’elle « n’était pas très chaude à l’idée », priorisant plutôt le transport en commun et une meilleure coordination entre les deux villes.

Le fédéral précise qu’il est temps que les points de passage entre les deux grandes villes, qui servent à tous les types d’usagers, soient améliorés. 

Près de 150 000 véhicules et 9000 piétons circulent sur les cinq ponts interprovinciaux chaque jour, une augmentation de plus de 10 % en l’espace de trois ans seulement.

« Ces ponts prennent de l’âge — le pont le plus récent a été ouvert en 1973 — et ils ont été construits à une époque où la région de la capitale nationale avait une population et une industrie touristique beaucoup plus petites, où le nombre de navetteurs interprovinciaux était plus faible et où la congestion automobile causée par la circulation des camions était beaucoup moins importante », précise-t-on dans le document.

À noter que le fédéral veut aussi injecter 80 millions $ pour des travaux d’entretien et de remise en état des autres ponts interprovinciaux dans la région, par exemple les ponts Cartier-Macdonald et des Chaudières.