Le premier débat des chefs télévisé s'est tenu lundi soir entre Doug Ford, Kathleen Wynne et Andrea Horwath

Le marathon électoral lancé mercredi en Ontario

Les hostilités ont débuté depuis plusieurs semaines déjà, mais ça y est, c’est mercredi que la campagne électorale sera officiellement déclenchée en Ontario.

La première ministre Kathleen Wynne a demandé en début d’après-midi mardi à la lieutenante-gouverneure Elizabeth Dowdeswell la dissolution de la 41e législature de la province. Celle-ci a pris effet sur le coup de 14 h.

Les travaux ont pris fin en mi-journée à Queen’s Park.

Le marathon électoral sera donc d’une durée de 29 jours puisque le scrutin est prévu le jeudi 7 juin.

Quant au vote par anticipation, il aura lieu du 26 mai au 1er juin.

À la dissolution de l’Assemblée législative de l’Ontario, 55 des 107 sièges étaient occupés par le Parti libéral, tandis que le Parti progressiste-conservateur et le Nouveau Parti démocratique en détenaient respectivement 27 et 18. On comptait aussi trois députés indépendants, dont l’ex-chef progressiste-conservateur Patrick Brown, ainsi que quatre sièges vacants.

À la suite d’un redécoupage, l’Ontario comptera cependant 124 circonscriptions électorales lors du prochain scrutin. Pour espérer former un gouvernement majoritaire, un parti devra donc remporter un minimum de 63 circonscriptions. 

La date limite fixée par Élections Ontario pour soumettre sa candidature est le 17 mai.

Les sondages des dernières semaines prédisent une victoire de progressistes-conservateurs dirigés par Doug Ford. Le plus récent coup de sonde, réalisé ces derniers jours pour le compte de Maclean’s, accorde 40 % d’appuis au Parti progressiste-conservateur. Le NPD se glisse même au second rang avec 30 % des appuis, devant les libéraux qui obtiennent 23 % des intentions de vote. Le Parti vert ferme la marche avec 6 %.

Les libéraux sont au pouvoir sans interruption depuis octobre 2003 en Ontario.

Dans la région

À Ottawa et dans l’Est ontarien, où on dénombre neuf circonscriptions, les libéraux détiennent six sièges alors que les progressistes-conservateurs en ont deux dans leur giron. Quant au comté de Carleton Mississippi Mills, il est représenté par le député indépendant Jack MacLaren, expulsé du caucus progressiste-conservateur il y a un an après la publication d’une vidéo dans laquelle il tenait des propos négatifs sur les Franco-Ontariens. 

Du nombre, c’est le député d’Ottawa-Centre Yasir Naqvi qui avait remporté la victoire la plus nette lors de la dernière élection, en 2014. Il avait été élu avec près de 17 000 voix de majorité. 

La bataille la plus serrée s’était déroulée dans Ottawa-Ouest-Nepean, où Bob Chiarelli l’avait remporté avec une avance d’un peu plus de 5000 votes sur son plus proche rival.

***

LES CHIFFRES À RETENIR

29: nombre de jours de la campagne électorale 

124: nombre de circonscriptions

63: nombre de sièges à obtenir pour décrocher une majorité

9: nombre de circonscriptions touchant la région de la capitale nationale