Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe

Le gouvernement du Québec d’accord avec un 6e pont

Le gouvernement du Québec appuie l’idée du fédéral de vouloir construire un 6e pont qui enjamberait la rivière des Outaouais dans l’est de Gatineau.

«Le contexte a changé, a noté le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, en entrevue avec Le Droit. Il y a la fermeture du pont Alexandra qui est prévue et le fait que les députés fédéraux qui étaient auparavant partagés ont maintenant une position commune. Pour nous, que le fédéral propose de construire un pont dans l’est qu’il financerait lui-même pourrait être une bonne nouvelle pour les Gatinois.»

Le ministre Lacombe apporte toutefois une nuance à la position de son gouvernement dans ce dossier. «Il ne faudrait pas que la construction de ce pont vienne concurrencer le grand projet de transport en commun dans l’ouest de la ville et il faudrait que ce nouveau pont fasse une place au transport en commun. Les députés fédéraux disent qu’on peut tout faire en même temps. Si tel est le cas, on est d’accord avec la construction d’un pont dans l’est.» 

Le ministre n’a cependant pas voulu préciser quel projet entre le train léger ou le pont était prioritaire à ses yeux. Il a aussi ajouté que la position du gouvernement du Québec ne porte pas sur le corridor qu’emprunterait cet éventuel 6e pont, mais uniquement sur l’idée émise par le fédéral d’en construire un. 

Questionné quant aux oppositions qui se lèvent face à ce projet, notamment celle du maire de Gatineau et des groupes environnementaux, le ministre Lacombe a affirmé que «la lutte aux changements climatiques et la réduction des gaz à effet de serre (GES) ne passent pas uniquement par les efforts pour limiter les voitures sur la route». Il ajoute que ce 6e pont pourrait permettre d’assurer la fluidité des transports dans l’est, ainsi qu’une meilleure liaison avec le transport en commun à Ottawa. «Qu’on soit en autobus ou en voiture, il faut se rendre au centre-ville d’Ottawa pour aller ensuite à l’est ou à l’ouest, dit-il. Ça implique de grands déplacements. Si on pouvait le faire sur une plus courte distance, ça serait une bonne nouvelle.»

« Urgence climatique »

Cette position énoncée par le gouvernement du Québec ne fait pas fléchir le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. «Moi, je pense la même chose que la semaine passée, a-t-il lancé. On sort d’un sommet sur les changements climatiques où on nous a redit qu’on est dans une urgence climatique. La priorité à Gatineau demeure la même, c’est le transport en commun. C’est à la fois un investissement économique intelligent et une réponse aux changements climatiques.»

Le maire Pedneaud-Jobin ajoute qu’il sera toujours temps de penser à un 6e pont lorsque le Rapibus aura été parachevé et qu’il y aura un train léger dans l’ouest. «Quand on aura ça, on pourra s’occuper des autres priorités, a-t-il dit. On peut vouloir tout, mais l’important c’est de financer la priorité actuelle au plus vite. La production de GES vient à 40 % du transport. Il faut donner des infrastructures qui réduisent le nombre d’autos et qui amènent plus de gens dans le transport en commun. C’est ça la priorité.»