La journaliste du Droit, Émilie Pelletier
La journaliste du Droit, Émilie Pelletier

Le Droit à Queen’s Park !

Patrice Gaudreault
Patrice Gaudreault
Rédacteur en chef
MOT DU RÉDACTEUR EN CHEF / Nous y travaillons depuis longtemps. Nous le souhaitons depuis encore plus longtemps. C’est maintenant chose faite. Le Droit aura un correspondant à l’Assemblée législative de l’Ontario.

J’ai le plaisir d’annoncer à nos lecteurs et lectrices la nomination de la journaliste Émilie Pelletier au poste de correspondante parlementaire à Toronto, une première en plus de 30 ans.

Émilie est arrivée au Droit en 2018 comme correspondante dans l’Est ontarien. Diplômée en journalisme du collège La Cité et de l’Université d’Ottawa, elle a aussi acquis de l’expérience au journal Le Franco, en Alberta. Elle possède une plume solide, un excellent sens de la nouvelle et une passion pour la politique ontarienne.

Dans ses nouvelles fonctions, elle offrira une couverture quotidienne des débats à Queen’s Park, ce qui se fait trop peu en français, sauf chez nos collègues de Radio-Canada et de TFO.

Les Franco-Ontariens ne sont pas seulement intéressés par les questions touchant les enjeux linguistiques. Ils sont aussi des contribuables, des parents, des étudiants, avides d’informations sur les transports, l’environnement, la santé, l’éducation, la justice, l’économie et j’en passe. Nous continuerons bien entendu de couvrir et d’analyser les dossiers francophones, mais cette nouvelle antenne à Toronto nous permettra d’aller encore plus loin.

Pour que ce projet devienne réalité, la nouvelle Coopérative des travailleurs et travailleuses du journal Le Droit s’est tournée vers l’Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada. Son objectif : « offrir de la couverture journalistique dans les régions mal desservies du pays ou à propos des enjeux locaux qui ne sont pas couverts par les médias ».

Par l’entremise de cette Initiative, les textes du Droit en provenance de Queen’s Park seront rendus disponibles aux autres médias d’information, gratuitement et simultanément, qu’il s’agisse d’un hebdo de Sudbury ou d’une radio de Penetanguishene.

Je suis convaincu qu’Émilie fera rapidement sa place dans la Ville-Reine et que ses articles et ses dossiers d’actualité trouveront une résonance dans toute la francophonie.