Le ministre des Finances de l’Ontario, Vic Fideli, a souligné que les libéraux ont créé un déficit de 3,7 milliards $ lors du dernier exercice financier.

Le déficit de l'Ontario va nécessiter des sacrifices

TORONTO — Le ministre ontarien des Finances a déclaré que la province va devoir faire des sacrifices alors qu’il fait face à un déficit accru de 15 milliards $, un message qui, selon les partis d’opposition, annonce des coupes majeures dans les services publics.

Dans un discours prononcé vendredi à l’Economic Club de Toronto, Vic Fedeli a soutenu que le gouvernement avait utilisé les pratiques comptables du vérificateur général pour examiner le budget et les projections financières de la précédente administration libérale.

À la suite de l’ajustement des chiffres, une commission indépendante a conclu que les libéraux avaient créé un déficit de 3,7 milliards $ lors du dernier exercice financier plutôt que d’équilibrer les comptes comme ils l’ont prétendu, selon Fedeli.

La commission a également constaté que les libéraux avaient surestimé leurs revenus pour l’exercice en cours, réduit un fonds de réserve de 300 millions de dollars et annoncé des mesures de réduction des coûts de 1,4 milliard $ dont la nature n’a pas été précisée.

Une fois ces variables prises en compte, le déficit prévu pour l’année 2018-2019 s’élève maintenant à 15 milliards $, contrairement au déficit de 11,7 milliards $ qui était anticipé par le vérificateur général, a expliqué le gouvernement ontarien.

« Le trou est profond et il faudra que tout le monde fasse des sacrifices sans exception, a prévenu le ministre Fedeli dans son discours qui constituait sa première sortie publique importante depuis sa nomination aux Finances. Cela va exiger une coordination des efforts, une vision claire et beaucoup de travail acharné. »

Il n’a pas voulu s’avancer sur un échéancier pour sortir la province du rouge, mais les progressistes-conservateurs ont promis en campagne électorale de retrouver l’équilibre budgétaire avant la fin de leur mandat.

« Nous reviendrons à un budget équilibré en respectant un échéancier raisonnable, modeste et pragmatique, mais nous rétablirons l’équilibre en Ontario », a-t-il conclu.

Les partis d’opposition ont mis en garde que la commission et ses conclusions allaient servir de justification à des coupes radicales, soulignant que le premier ministre Doug Ford a promis de trouver des milliards de dollars en prétendus « gains d’efficacité ».

Les libéraux ont accusé le gouvernement d’employer des chiffres exagérés à des fins politiques, affirmant que les chiffres cités par la commission étaient connus bien avant les élections.

Du côté du NPD, la porte-parole en matière de finances, Sandy Shaw, a qualifié le discours de Vic Fedeli de « théâtre politique » et a rappelé que les libéraux avaient affirmé la même chose au sujet du gouvernement précédent lorsqu’ils ont pris le pouvoir en 2003.

Selon elle, le nouveau gouvernement n’offrira pas de répit à la population, mais plutôt des réductions de services et de la privatisation.

Pour le chef du Parti vert, Mike Schreiner, même si la commission dresse un tableau sombre des finances de la province, cela ne devrait pas justifier l’imposition de mesures d’austérité radicales.