Jagmeet Singh s'oppose au projet de l'oléoduc Trans Mountain.

Le chef du NPD fédéral s’oppose finalement à Trans Mountain... et à Notley

Le chef du NPD fédéral, Jagmeet Singh, se dit maintenant opposé à l’expansion de l’oléoduc albertain Trans Mountain, mais il assure que cela n’a rien à voir avec le fait qu’un siège aux Communes s’ouvrira bientôt dans une circonscription de la Colombie-Britannique où un appui au projet pourrait lui être funeste.

Alors que le projet de Kinder Morgan oppose vigoureusement les deux premiers ministres néo-démocrates provinciaux concernés, le chef du NPD fédéral avait jusqu’ici tenté de rester neutre dans ce délicat dossier. Il critiquait malgré tout le processus d’approbation et les arguments retenus par le gouvernement libéral fédéral pour donner son feu vert.

M. Singh a toutefois déclaré mercredi que c’est la promesse du ministre des Finances, Bill Morneau, de couvrir tous les dépassements de coûts de construction engendrés par l’ingérence politique qui l’avait poussé à s’opposer finalement à tout le projet.

Les liens entre le chef néo-démocrate fédéral et la première ministre néo-démocrate de l’Alberta, Rachel Notley, semblent toutefois tendus - M. Singh admet qu’il ne lui a pas parlé depuis qu’elle a soutenu qu’il «avait tout faux» dans ce dossier et que son opinion «n’était pas pertinente».

M. Singh assure qu’il n’a pas encore décidé s’il tentera de faire son entrée aux Communes en se présentant lors de l’élection complémentaire dans la circonscription de Burnaby-Sud, un siège libéré par le député néo-démocrate Kennedy Stewart, qui se présente à la mairie de Vancouver.

Burnaby, en banlieue de Vancouver, abrite justement le terminal maritime de Kinder Morgan où mouilleraient davantage encore de pétroliers si la capacité de l’oléoduc était triplée. L’opposition à l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain est grande à Burnaby.

Le chef néo-démocrate fédéral soutient que cette élection complémentaire n’a pas influencé sa décision de s’opposer finalement à Trans Mountain.