André Spénard (deuxième à partir de la gauche) a été élu pour la première fois aux élections générales de septembre 2012 et a été réélu au scrutin d’avril 2014.

Le caquiste André Spénard ne sollicitera pas un autre mandat

Le député caquiste de Beauce-Nord, André Spénard, a annoncé mercredi qu’il ne se représentera pas aux élections du 1er octobre.

Il s’agit du premier départ à survenir dans les rangs de la Coalition avenir Québec (CAQ), un parti qui a le vent dans les voiles selon ce que suggèrent les sondages depuis quelques mois.

M. Spénard, qui est porte-parole de sa formation en matière de sécurité publique, a annoncé sa décision par Twitter mercredi matin. Il a indiqué qu’il ne sollicitait pas un autre mandat pour des raisons «strictement personnelles».

En entrevue avec La Presse canadienne en après-midi, il a indiqué qu’il avait amorcé sa réflexion au temps des fêtes, mais a fait part de sa décision à son chef François Legault dimanche dernier.

Maintenant âgé de 68 ans, il dit qu’il s’est demandé s’il voulait continuer encore quatre ans, jusqu’à 72 ans. «J’aurais peut-être l’énergie les deux premières années, mais après, il est temps de passer le bâton du pèlerin, alors je préfère le passer à 68 ans», a-t-il résumé.

Père de deux fils, il a aussi deux petits-fils et un troisième est prévu prochainement. La famille a pesé pour beaucoup dans sa décision.

«Cela a mis en perspective tout mon engagement politique avec ma disponibilité pour ma famille», a-t-il poursuivi.

La vie de député est prenante, a expliqué M. Spénard, au moins 50 heures par semaine, particulièrement dans une circonscription rurale, avec 21 municipalités, des activités chaque fin de semaine, brunch, soupers, etc.

«C’est très exigeant, alors quand je vais à Québec [lorsque la Chambre siège], je me repose quasiment», a-t-il lancé.

Renoncer si près du but? 

Alors que son parti peut pratiquement prétendre qu’il est aux portes du pouvoir, M. Spénard regrette-t-il de devoir renoncer si près du but?

«Ça me fait un petit quelque chose, mais quand je me suis présenté en politique, ce n’était pas pour être ministre», a tranché l’élu.

Il a précisé qu’il allait terminer son mandat et qu’il allait épauler sans réserve le prochain candidat de la CAQ dans cette circonscription.

M. Spénard a été élu pour la première fois aux élections générales de septembre 2012 et a été réélu au scrutin d’avril 2014.

Il avait alors été couronné avec près de 51% des voix, une majorité confortable de plus de 4200 voix sur son plus proche adversaire libéral. Beauce-Nord constitue donc une circonscription plutôt sûre pour la CAQ.

Jusqu’à maintenant, c’est plutôt dans les autres partis que des élus ont lancé la serviette. Chez les péquistes, des poids lourds comme Agnès Maltais, Nicole Léger et Alexandre Cloutier ont annoncé leur départ.

Chez les libéraux, les ministres Jean-Marc Fournier et Stéphanie Vallée ont fait savoir qu’ils ne brigueraient plus les suffrages, ainsi que plusieurs députés.