La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et son homologue japonais, Taro Kono

Le Canada et le Japon signent un accord militaire avant la réunion du G7

Le Canada et le Japon ont signé une entente de coopération militaire en amont de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des pays du G7, qui se tient à Toronto dimanche et lundi.

La ministre canadienne Chrystia Freeland et son homologue japonais Taro Kono ont signé l’Accord sur l’acquisition et le soutien mutuel, samedi soir, qui permettra le partage d’équipement par les armées respectives lors d’exercices conjoints au Canada, au Japon et ailleurs dans le monde.

Mme Freeland et M. Kono s’étaient entretenus le mois dernier à Tokyo, où ils avaient affirmé leur engagement à maintenir une pression diplomatique et économique sur la Corée du Nord pour qu’elle mette fin à son programme nucléaire.

La rencontre des ministres du G7 a lieu quelques jours après que la Corée du Nord eut promis de suspendre ses essais de missiles balistiques et de fermer son site de tests dans le secteur nucléaire, et à l’approche d’un sommet historique entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-In.

L’ambassadrice des États-Unis au Canada, Kelly Craft, a souligné que le président Donald Trump était à la tête des efforts internationaux visant à convaincre Kim Jong-un de dénucléariser son pays. «Au sujet de la prochaine rencontre, M. Trump porte vraiment le ballon dans ce dossier, a-t-elle déclaré à La Presse canadienne. Nous y travaillons de près avec le Canada.»

À l’ouverture des discussions, Mme Freeland n’a pas fait état de la Corée du Nord, se contentant d’annoncer qu’elle et sa collègue de l’Italie, Federica Mogherini, coprésideront une rencontre des ministres des Affaires étrangères féminines au mois de septembre, au Canada.

Au cours de leur réunion, les ministres du G7 devraient notamment discuter de la guerre civile en Syrie et du conflit avec la Corée du Nord.

Mais la Russie sera aussi au banc des accusés pour son attitude dans les conflits mondiaux.

Selon la ministre Freeland, très critique envers la Russie, le président russe Vladimir Poutine est à l’origine de plusieurs perturbations géopolitiques dans le monde.

Pour cette réunion, Mme Freeland a choisi le thème «Construire un monde plus pacifique et sécuritaire».

Les ministres des Affaires étrangères profiteront de cette rencontre pour mettre la table en vue du sommet du G7, qui se tiendra en juin, à La Malbaie, dans Charlevoix.

Mme Freeland a aussi invité à déjeuner une demi-douzaine de ministres des Affaires étrangères provenant de pays qui ne sont pas membres du G7. Elle a mentionné que son collègue japonais était le seul homme au sein de ce groupe. «Comme j’ai souvent assisté à des rencontres où j’étais la seule femme, Taro (Kono) a pu goûter à ce que je vis souvent», a-t-elle blagué.

Parallèlement, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, sera aussi à Toronto pour rencontrer ses homologues des pays G7, qui doivent discuter de la menace terroriste.