Le Canada est bien loin d’atteindre ses objectifs de réduction des GES

Un bilan des progrès réalisés par les membres du G7 en matière de lutte contre les changements climatiques suggère qu’aucun de ces pays riches n’est en passe d’atteindre ses propres objectifs de réduction des gaz à effet de serre. Et le Canada ferme la marche, avec les États-Unis et le Japon.

Le Réseau action climat, coalition internationale de plus de 1300 organismes, publie son rapport alors que les dirigeants des sept pays les plus industrialisés se réunissent en fin de semaine pour leur sommet annuel, à Biarritz, en France.

L’accord de Paris sur les changements climatiques, signé notamment par tous les pays du G7 en 2015, vise à limiter autant que possible le réchauffement climatique à 1,5 degré par rapport aux niveaux préindustriels.

Le rapport du Réseau action climat place le Canada au bas de la liste des pays du G7, avec les États-Unis et le Japon. Les «stratégies climatiques» de ces trois pays créeraient en fait un réchauffement de plus de 4,0 degrés - un seuil qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur la planète.

Les initiatives de la France, de l’Allemagne, de l’Italie et du Royaume-Uni, quant à elles, causeraient un réchauffement de la planète de plus de 3,0 degrés d’ici la fin du siècle.

Le rapport estime que le Canada a mis en place de bonnes politiques - abandonner le charbon ou imposer un juste prix à la pollution -, mais ces mesures seraient loin d’être suffisantes pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.