Carolyn Bennett s’adressait, jeudi à Vancouver, à des chefs d’un peu partout au pays qui ont réélu Perry Bellegarde à titre de chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN) la veille.

La ministre Bennett plaide pour l’autodétermination des Autochtones

VANCOUVER — La ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord affirme que le gouvernement fédéral doit « laisser le champ libre » aux Premières Nations dans leurs efforts vers l’autodétermination.

Carolyn Bennett a affirmé à l’assemblée annuelle des chefs des Premières Nations que le Canada devait aussi se doter d’un mécanisme pour protéger les droits et les titres des Premières Nations en s’éloignant d’une approche coloniale menant à des batailles devant les tribunaux.

La ministre fédérale a indiqué que son gouvernement travaille sur un cadre qui serait un code de conduite pour s’assurer du respect des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et des demandes de plusieurs générations de dirigeants autochtones.

Mme Bennett s’adressait, jeudi à Vancouver, à des chefs d’un peu partout au pays qui ont réélu Perry Bellegarde à titre de chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN) la veille.

M. Bellegarde et ses quatre rivaux du deuxième tour ont affirmé dans des discours avant l’élection que le statu quo fondé sur des conceptions coloniales ne pouvait pas perdurer.

Mme Bennett a admis les préoccupations des leaders dans son propre discours, disant que les droits des Premières Nations impartis par des traités qui existent depuis longtemps devaient être reconnus.