Le prochain directeur général de la SQ, le commissaire de l’UPAC et le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) seraient nommés aux deux tiers des membres de l’Assemblée nationale.

La CAQ veut éliminer les nominations partisanes

La Coalition avenir Québec (CAQ) veut en finir avec les nominations partisanes. Les compétences des actuels hauts dirigeants de l’État seront passées au crible, tout comme celles des futurs candidats à ces postes.

Le député Simon Jolin-Barrette a expliqué en point de presse mardi que depuis sa fondation, la CAQ croit qu’il est urgent de «rétablir la confiance des Québécois envers nos institutions démocratiques. Cette confiance de plus en plus effritée.»

Il s’est engagé à ce que son gouvernement dépose un projet de loi d’ici Noël afin que ces nominations soient faites de façon plus transparente. La CAQ a souvent dénoncé par le passé que les libéraux donnaient de hautes fonctions publiques à leurs «petits amis». 


« [Il est urgent de] rétablir la confiance des Québécois envers nos institutions démocratiques. Cette confiance de plus en plus effritée» »
Le député Simon Jolin-Barrette

M. Jolin-Barrette s’est défendu toutefois de vouloir faire «le ménage» chez les hauts dirigeants. Il a indiqué que la CAQ respecterait les contrats de travail de ces sous-ministres et pdg de sociétés d’État, par exemple. La CAQ n’a pas été en mesure de chiffrer le nombre de postes qui seront visés par ces changements, mais normalement, un gouvernement procède à des centaines de nominations au cours de son mandat. 

Nommées à vie

Certaines personnes occupant des emplois supérieurs sont nommées pour un contrat de quelques années, alors que d’autres sont nommées à vie ou jusqu’à leur retraite. La CAQ n’exclut pas d’en finir avec cette pratique de nommer des gens à un poste à vie. 

M. Jolin-Barrette ne croit pas toutefois que les hauts dirigeants actuels soient incompétents. Par contre, il critique certaines nominations du passé, comme celle de l’ancien président de la Sépaq, John MacKay, «qui avait dit que sa seule expertise en lien avec la Sépaq était d’avoir fait du camping dans un camping de la Sépaq».

Secrétaire général

La CAQ confie la mission au nouveau secrétaire général Yves Ouellet, le «patron ultime de la fonction publique», de réviser les compétences de chacun, mais surtout, de lui faire des recommandations pour l’avenir. La CAQ, qui avait dit en campagne électorale vouloir que la Vérificatrice générale du Québec valide les compétences des hauts fonctionnaires, indique maintenant qu’elle «regarde toutes les options qui sont sur la table». 

Chose certaine, M. Jolin-Barrette a confirmé que le prochain directeur général de la Sûreté du Québec, le prochain commissaire de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) et le prochain des poursuites criminelles et pénales (DPCP) seront nommés aux deux tiers des membres de l’Assemblée nationale. Le gouvernement fournira une liste de candidats aux députés de tous les partis, qui devront faire un choix ensemble.