Faisant campagne à Toronto, vendredi, la chef libérale Kathleen Wynne n’a pas l’intention de se laisser démonter pas des sondages défavorables pour sa formation politique.

Kathleen Wynne n’a pas l’intention d’abandonner

TORONTO — Faisant face à une accumulation de sondages défavorables aux libéraux ontariens, c’est une Kathleen Wynne posée qui a déclaré, vendredi, qu’elle allait continuer de faire valoir les réalisations de son gouvernement.

Selon les récents sondages, les libéraux de Kathleen Wynne tirent de l’arrière, en troisième place derrière le Parti progressiste-conservateur de Doug Ford et le Nouveau parti démocratique d’Andrea Horwath, qui aurait pris la tête des intentions de vote en vue du scrutin du 7 juin.

Aux dires de Kathleen Wynne, son gouvernement libéral a contribué à renforcer l’économie, solidifier les entreprises et à rendre la société plus juste. Des réalisations qu’elle juge trop importantes pour abandonner la course.

« Est-ce que je vais abandonner ? Absolument pas, a assuré Mme Wynne lors d’un événement de campagne sur les berges à Toronto. Tout ça est beaucoup trop important pour qu’on arrête de cogner aux portes des gens à travers la province pour leur parler de ce qu’on a accompli et de ce qu’on peut faire dans l’avenir. »

De son côté, Andrea Horwath croit que les électeurs sont enthousiastes à l’idée de ne plus avoir à choisir entre l’un ou l’autre des deux partis qui ont gouverné la province depuis 1995, lorsque le NPD dirigé par Bob Rae s’est fait montrer la porte au profit des progressistes-conservateurs de Mike Harris. Ce dernier s’est à son tour fait déloger par les libéraux de Dalton McGuinty en 2003.

« Cette campagne porte sur le changement pour quelque chose de mieux, elle porte sur le futur de l’Ontario où les gens peuvent recommencer à bâtir une vie meilleure », a plaidé Mme Horwath lors d’un arrêt dans l’est de Toronto.

« Les gens ont le sentiment qu’il peut se produire quelque chose d’exceptionnel dans notre province, que nous n’avons pas à nous contenter des mêmes choses dont on se contente depuis deux décennies et demie », a affirmé la chef du NPD.

La montée en force du NPD dans les sondages a aussi attiré une surveillance plus accrue. Vendredi, les conservateurs ont allégué que la candidate néo-démocrate dans l’est de Toronto, Tasleem Riaz, aurait publié des commentaires offensants sur Internet, dont un message en 2013 où elle citait Adolf Hitler.

Tasleem Riaz a rapidement publié un communiqué se disant « horrifiée » de voir cette publication apparaître sur sa page Facebook, insistant qu’elle ne comprenait pas comment cela s’était produit et qu’elle n’aurait jamais partagé un tel message intentionnellement.

Interrogée au sujet de ces allégations, Andrea Horwath a mis de l’avant les années de militantisme de Mme Riaz en faveur du dialogue interreligieux.

Andrea Horwath a dit qu’elle vérifierait le cas en question, mais que ces allégations ne concordent pas avec ce qu’elle connaît de Tasleem Riaz et de son historique militant.

Chez les progressistes-conservateurs, Doug Ford a soutenu qu’il n’accordait aucune attention aux sondages. Les chiffres semblent cependant démontrer que son parti perd du terrain au profit du NPD.

« Les gens veulent du changement, mais ils ne veulent pas d’un gouvernement du NPD. Les libéraux font la fête depuis 15 ans avec l’argent des contribuables et le NPD veut que la fête continue, mais avec une nouvelle chanson », a-t-il mentionné.