Justin Trudeau n’a pas l’intention de se priver des médias sociaux lors des prochaines campagnes électorales, malgré la tourmente qui agite cette semaine Facebook au sujet d’un détournement de renseignements personnels à des fins électorales.

Justin Trudeau n’a pas l’intention de se priver

SUSSEX — Justin Trudeau n’a pas l’intention de se priver des médias sociaux lors des prochaines campagnes électorales, malgré la tourmente qui agite cette semaine Facebook au sujet d’un détournement de renseignements personnels à des fins électorales.

De passage au Nouveau-Brunswick, jeudi, le premier ministre a expliqué aux journalistes que les médias sociaux permettent aux libéraux de rester branchés sur les Canadiens et de faire passer leur message. Mais M. Trudeau a promis que les libéraux feront un usage responsable de ces médias, et il a demandé « aux géants du web » d’en faire autant.

On apprend depuis quelques jours que les renseignements personnels de 50 millions d’abonnés Facebook auraient été utilisés par une entreprise qui offrait ensuite du « profilage d’électeurs » à la campagne présidentielle de Donald Trump aux États-Unis et à la campagne pour le « Brexit » au Royaume-Uni.

M. Trudeau a éludé la question d’un journaliste qui lui demandait jeudi si les libéraux pourraient se servir de données de Facebook pour cibler des électeurs lors de la campagne de 2019.

Des articles de La Presse canadienne cette semaine ont forcé les libéraux à admettre qu’en 2016, les services de recherche du caucus avaient accordé pour un projet pilote un contrat de 100 000 $ à l’analyste canadien qui a dévoilé le pot aux roses sur Facebook. Les services de recherche du caucus soutiennent toutefois qu’après avoir consulté un échantillon de ce que Christopher Wylie leur promettait, ils ont décidé de ne pas emprunter cette voie.

Les partis politiques sont friands de données pointues pour cibler encore plus efficacement les électeurs ; M. Wylie soutient aujourd’hui que les techniques de profilage qu’il a contribué à mettre au point allaient trop loin.

« Les géants du web occupent une place très influente d’importance dans nos vies de tous les jours (...) et je pense que c’est important que ces géants reconnaissent que ça vient avec une responsabilité d’agir, pour protéger les consommateurs », a soutenu jeudi M. Trudeau.

« C’est quelque chose, d’ailleurs, que j’ai dit directement aux gens de Facebook que j’ai rencontrés au fil des années et des conversations que j’ai avec d’autres géants du web de façon assez régulière », a-t-il ajouté.

Le premier ministre a par ailleurs indiqué que « le Canada est en train de regarder comment nous pouvons mieux protéger la vie privée des gens et de sauvegarder nos processus démocratiques ».