Un représentant du gouvernement a laissé entendre que la présence de M. Atwal avait été planifiée par des factions au sein du gouvernement indien voulant éviter des rapprochements entre le premier ministre Narendra Modi (droite) et le gouvernement canadien, dont ils doutent des convictions pour une Inde unie.

Inde: Trudeau défend un représentant de son gouvernement

Justin Trudeau défend un haut représentant de son gouvernement, qui a suggéré que des factions à l’intérieur du gouvernement indien aient voulu saboter la visite du premier ministre canadien en Inde la semaine dernière.

Lors de sa première participation à la période des questions depuis qu’il est revenu au Canada, mardi, les députés de l’opposition ont bombardé de questions le premier ministre sur Jaspal Atwal - un sikh de la Colombie-Britannique reconnu coupable de tentative de meurtre contre un ancien ministre indien en 1986 - qui a reçu des invitations pour assister à des événements avec M. Trudeau en Inde.

Dans une séance d’information organisée par le Bureau du premier ministre, un représentant du gouvernement a laissé entendre que la présence de M. Atwal avait été planifiée par des factions au sein du gouvernement indien voulant éviter des rapprochements entre le premier ministre Narendra Modi et le gouvernement canadien, dont ils doutent des convictions pour une Inde unie.

Les conservateurs croient que ce responsable est le conseiller en sécurité nationale de Justin Trudeau, Daniel Jean, et ils ont exhorté le premier ministre à dire s’il est en accord avec cette «théorie du complot».

M. Trudeau a défendu ce responsable, le décrivant comme un fonctionnaire professionnel, non partisan, qui offre des conseils judicieux.

Il a ajouté que lorsqu’un haut diplomate et représentant de la sécurité disait quelque chose, «c’est parce qu’il sait que c’est vrai».