L’équipe libérale de l’Ontario dans la région de la capitales est composée de Bob Chiarelli, John Fraser, Marie-France Lalonde et Stéphanie Maghnam.

«Idées de privatisation à l’américaine» chez les conservateurs

Les libéraux ont attaqué de front mercredi la candidate progressiste-conservatrice dans Kanata-Carleton, Dr Merrilee Fullerton, pressentie comme ministre de la Santé sous un gouvernement de Doug Ford. Ils lui reprochent de s’être à maintes reprises ouvertement dite favorable au remplacement du système de santé universel ontarien par des soins de santé privés à deux vitesses.

Dans des extraits d’une entrevue accordée en 2013 par Dr Fullerton à une station de radio du New Jersey et publiée sur YouTube par l’Association américaine des médecins et chirurgiens, la candidate à l’élection du 7 juin prochain affirme, entre autres, que les plus fortunés de la société devraient pouvoir accéder à des services de santé plus rapidement s’ils le désirent.

«Il y a des gens qui sont parfaitement capables de payer pour des services, qui voudraient payer, et vous savez il y a toutes sortes d’options qu’on peut mettre en commun, mais le gouvernement ne permettra pas que ça arrive», dit-elle dans un entretien avec l’animateur et médecin Dr Craig Wax, qui était opposé à la réforme de santé Obamacare proposée par l’ex-président américain. 

Dans le même extrait, la candidate du Parti progressiste-conservateur met aussi en garde les Américains de ne pas adopter un système de santé publique similaire à celui en place au nord de la frontière. Elle va jusqu’à affirmer qu’on en est «presque au point de faire comprendre aux gens qu’ils feraient mieux de mourir afin que le système actuel soit préservé». 

Des propos qu’ont vivement dénoncés les candidats libéraux Marie-France Lalonde (Orléans), John Fraser (Ottawa-Sud), Bob Chiarelli (Ottawa-Ouest-Nepean) et Stephanie Maghnam (Kanata-Carleton) lors d’un point de presse tenu à quelques pas du Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO) au jour 1 de la campagne électorale. 

«En tant que personne ayant évolué dans le milieu de la santé plus tôt dans ma carrière, je suis vraiment inquiète des cachoteries de Doug Ford et de son équipe à ce sujet. [...Lors de cette élection-ci, il faut être vigilant, car certains nous arrivent avec des idées de privatisation à l’américaine pour notre système de santé public. La Dre Fullerton est l’une de ces personnes», a lancé la députée sortante Marie-France Lalonde, avant de faire référence aux coupes en santé effectuées par le gouvernement conservateur de Mike Harris à la fin des années 1990. 

Les libéraux prétendent avoir recensé près de 300 gazouillis de Mme Fullerton sur Twitter dans lesquels elle affiche sa préférence pour ouvrir la porte au privé au sein du système de santé.

«L’Ontario a une législation à courte vue qui interdit le financement privé des soins médicaux nécessaires», a-t-elle par exemple gazouillé en 2015. 

Trois ans plus tôt, elle avait écrit «Un parti politique qui vous dit qu’il faut considérer des options privées pour les soins médicaux est un parti honnête» et «La Corée du Nord et le Canada sont les seuls pays à interdire aux patients de payer eux-mêmes les soins médicalement nécessaires». 

Réplique de Doug Ford

La réplique des progressistes-conservateurs à cette sortie des libéraux n’a pas tardé et elle est venue du leader Doug Ford lui-même plutôt que de la principale intéressée. Il n’a toutefois pas commenté directement les propos de sa candidate. 

«Je suis entièrement dévoué au système de santé publique de l’Ontario. Sous Kathleen Wynne et les libéraux, les temps d’attente se sont allongés et le secteur des soins de santé a continué de croître. Je travaillerai avec les médecins et les infirmières de première ligne afin de mieux prendre soin des gens», a-t-il lancé dans un message acheminé par son équipe au Droit.

LE NPD CONFIRME DEUX CANDIDATS DANS L'EST ONTARIEN

Bonnie Jean-Louis dans Glengarry-Prescott-Russell

La bannière du Nouveau Parti démocratique (NPD) sera portée par Bonnie Jean-Louis lors des élections provinciales dans Glengarry-Prescott-Russell. 

Elle a été nommée par acclamation mercredi par l’association locale. La résidente de Hawkesbury représentera ainsi pour une deuxième fois les néo-démocrates dans cette circonscription. 

Elle s’était présentée sous la bannière orange la première fois lors des élections provinciales de 2011, où elle avait terminé troisième au niveau des votes derrière le candidat progressiste conservateur. 

«J’ai décidé de me représenter parce qu’il y a un grand besoin de changement au niveau de la politique provinciale. Si on regarde ce qui se passe actuellement, il y a beaucoup de gens qui craignent un gouvernement sous Doug Ford. Il est clair que chaque vote aura une importance cette année», a souligné Mme Jean-Louis. 

Celle-ci s’est notamment dite attirée par les valeurs familiales et les priorités en santé du NPD. Elle souhaite améliorer les services aux nouvelles mamans en proposant, entre autres, un service de sage femme dans la région. 

Elle se dit notamment en faveur de l’embauche de 350 nouvelles sages-femmes au niveau de la province. 

«Une communauté en santé, ça commence dès la naissance. Si je suis élue à Queen’s Park, je m’acharnerai afin qu’on puisse ouvrir un centre de sage-femme dans notre région», précise Mme Jean-Louis, ajoutant que lors de son accouchement elle a dû faire appel à une sage-femme d’Ottawa. 

Comme deuxième priorité, la candidate néo-démocrate aimerait contribuer au service de garderie à 12 $ par jour qui, selon elle, favoriserait un retour travail moins stressant pour les nouvelles mères. 

«Trop souvent, j’ai entendu parler d’un parent qui devait rester à la maison avec les enfants parce qu’ils ne peuvent pas se permettre de payer la garderie», affirme la candidate. 

À cela, elle ajoute un système d’assurance dentaire ainsi que l’amélioration des services dans les écoles pour élèves avec des besoins spéciaux. «La politique, c’est quelque chose qui m’a toujours attiré. 

Après cinq campagnes électorales, les gens commencent à me connaître. Il faut maintenant gagner la confiance des électeurs indécis», souligne Mme Jean-Louis.

La nouvelle candidate pour le NPD dans Glengarry-Prescott-Russell, Bonnie Jean-Louis

Un entrepreneur candidat néo-démocrate dans Nepean

L’entrepreneur Zafar Ansati a été confirmé mardi candidat néo-démocrate dans la nouvelle circonscription de Nepean lors des élections ontariennes du 7 juin. 

Résident du secteur Barrhaven, dans l’ouest de la capitale, le père de famille estime que les électeurs de sa circonscription qui sont tannés des libéraux, mais qui ne veulent pas se tourner vers les progressistes-conservateurs devraient opter pour le NPD. 

S’attaquant au règne libéral qui dure depuis 15 ans en déplorant les factures d’électricité «hors de contrôle» imposées aux Ontariens et les décennies de compressions imposées en santé, il affirme que de voter pour les troupes de Doug Ford équivaudrait à changer «du pire au pire». 

«Les progressistes-conservateurs nous feraient reculer avec des coupes encore plus profondes et une privatisation encore plus imprudente», dit-il. Ses adversaires dans la circonscription de Nepean seront la députée progressiste-conservatrice sortante de l’actuel comté de Nepean-Carleton, Lisa MacLeod, ainsi que la candidate libérale Lovina Srivastava. 

En 2014, Mme MacLeod l’avait emporté en obtenant 47% des voix.