Les conservateurs se sont vantés d’avoir battu les libéraux en matière de financement à l’échelle nationale, mais une analyse approfondie de La Presse canadienne révèle une course plus serrée entre les équipes rouges et bleues de candidats frappant aux portes dans les quartiers du pays.

Élections fédérales: libéraux et conservateurs ont des outils comparables

Les libéraux et les conservateurs sont à égalité lorsqu’il s’agit de déterminer à quel point les coffres de leurs campagnes locales sont garnis en vue des prochaines élections fédérales, ce qui marque changement avec les dernières élections alors que la puissante machine bleue avait dominé la scène.

Les conservateurs se sont vantés d’avoir battu les libéraux en matière de financement à l’échelle nationale, mais une analyse approfondie de La Presse canadienne révèle une course plus serrée entre les équipes rouges et bleues de candidats frappant aux portes dans les quartiers du pays.

Les rapports financiers annuels pour 2018 des associations de circonscription, que continue de recevoir Élections Canada, montrent que les circonscriptions conservatrices ont terminé l’année dernière avec un actif net combiné d’environ 24,2 millions $. 

Les libéraux suivaient non loin derrière avec un actif net d’environ 21 millions $ réparti dans l’ensemble du pays.

Les conservateurs et les libéraux dominent également la liste des 20 associations les plus riches du pays.

L’écart relativement faible entre les conservateurs et les libéraux marque un changement par rapport aux dernières élections fédérales. 

Les associations de circonscription conservatrices avaient terminé l’année 2014 avec un actif net de plus de 19 millions $, soit plus du double des 8 millions $ qu’avaient amassés par les associations de circonscription libérales.

Le NPD, pour sa part, récolte une lointaine troisième place, ses associations de circonscription ayant déclarées environ 3,8 millions $ d’actif net en 2018. 

Aucune de ses associations de circonscription ne figure parmi les 100 plus riches du pays.

Les Verts disposaient d’environ 735 000 $, mais seulement environ la moitié de leurs associations de circonscription ont transmis leurs rapports jusqu’à présent.

Un parti présentant une liste complète de candidats sera autorisé à dépenser environ 28 millions $ lors de la prochaine campagne électorale, ainsi qu’une moyenne d’environ 110 000 $ par candidat, dépendamment de la circonscription. 

Contrairement à 2015, les nouvelles lois électorales prévoient que le plafond n’augmentera pas avec la durée de la campagne.

Les rapports financiers de 2018, qui constituent les dernières données disponibles, suggèrent que les conservateurs et les libéraux seront bien équipés pour atteindre la limite de dépenses avant les élections du 21 octobre, mais que le NPD et les Verts devront intensifier leurs efforts de financement.

Les rapports financiers indiquent également que les associations de circonscription libérales ont récolté environ 8,5 millions $ en contributions l’an dernier, contre environ 4,7 millions $ pour les conservateurs. 

Les associations de circonscription du NPD ont reçu environ 1,2 million $ de contributions l’an dernier.