La première ministre libérale de l’Ontario, Kathleen Wynne, et la chef néo-démocrate, Andrea Horwath, ont martelé que l’élection éventuelle de Doug Ford amènerait une vague de compressions dans les services publics.

Doug Ford pris à partie

TORONTO — La première ministre libérale de l’Ontario, Kathleen Wynne, et la chef néo-démocrate Andrea Horwath, ont pris à partie le chef du Parti progressiste-conservateur, Doug Ford, à l’occasion du premier débat en vue des élections provinciales de juin.

Mmes Wynne et Horwath ont toutes deux martelé que l’élection éventuelle de Doug Ford – qui est premier dans les sondages – amènerait une vague de compressions dans les services publics.

De son côté, M. Ford a insisté sur le fait qu’il voulait rendre plus efficace le gouvernement provincial et « respecter les contribuables ».

Lorsque les deux politiciennes lui ont demandé dans quel ministère ou agence il allait couper, le chef progressiste-conservateur a répété le même discours.

« Les autres chefs conservateurs, M. (Tim) Hudak, M. (Mike) Harris - ils étaient très directs sur ce à quoi ressembleraient leurs coupes », a lancé Mme Horwath à M. Ford.

« Pourquoi n’avez-vous pas le courage de dire aux gens ce à quoi vos coupes vont ressembler ? À quoi peuvent s’attendre les gens de l’Ontario ? », a-t-elle ajouté.

Doug Ford n’a pas fourni de détails sur les compressions en question, mais il a promis de diminuer le budget provincial de quatre pour cent.

« Je vais m’assurer que nous dirigeons un gouvernement qui respecte les contribuables. Vous me connaissez. Je travaille pour les gens ordinaires », a rétorqué M. Ford.

Mme Horwath a martelé que les électeurs n’avaient « pas à choisir entre le mal et le pire », se mettant plusieurs fois en retrait lorsque le ton montait entre Mme Wynne et M. Ford, tentant de se distancier de ses adversaires.

Mme Wynne a laissé entendre que le plan du chef conservateur de miser sur l’»efficience » signifiait en fait le congédiement d’infirmières et d’enseignants – revenant aux mises en garde des libéraux contre la proposition du précédent chef conservateur Tim Hudak en 2014 de couper 100 000 emplois dans le secteur public.

« Pas une seule personne ne sera mise à pied sous notre administration », a soutenu M. Ford.

Le débat met la table pour la campagne électorale qui commencera officiellement mercredi, bien que les partis fassent campagne depuis plusieurs semaines déjà.

Doug Ford a profité de ce débat pour annoncer qu’il s’engageait à investir 5 millions $ supplémentaires à ce qui a déjà été alloué par le gouvernement pour bâtir un système régional de transport, qui comprendrait des métros, des lignes de décongestion, ainsi qu’un train aller-retour vers Niagara Falls.

Selon des experts, ce débat était un défi pour M. Ford, qui affrontait deux politiciennes aguerries.

Doug Ford est un ancien conseiller municipal de Toronto, qui a été élu par les progressistes-conservateurs en mars dernier. Kathleen Wynne est première ministre de la province depuis 2013, alors qu’Andrea Horwath est chef du NPD depuis 2009.