Le premier ministre Doug Ford
Le premier ministre Doug Ford

Doug Ford ne veut «absolument pas» d’Américains en Ontario

TORONTO - L’idée même de rouvrir les frontières entre le Canada et les États-Unis a fait sortir de ses gonds le premier ministre de l’Ontario Doug Ford, jeudi.

Questionné à propos de la réouverture de la frontière avec les États-Unis, récemment considérée par le président américain Donald Trump, le premier ministre ontarien Doug Ford a répondu, du tac au tac, qu’il n’en était pas question.

À LIRE AUSSI : Presque 9000 cas de COVID-19 en Ontario

Le gouvernement Ford offre la traduction simultanée

Commerces: les proprios ontariens en droit d'expulser leurs locataires

« Absolument pas », s’est-il exclamé. « Je ne les veux pas en Ontario. Je veux protéger la population de l’Ontario d’abord ». 

Jeudi, les dirigeants des pays du G7, dont le premier ministre du Canada Justin Trudeau et Donald Trump, se sont rejoints lors d’une conversation téléphonique en matinée. 

M. Trudeau a précisé, en conférence de presse jeudi, qu’il ne songeait pas à la réouverture des douanes pour l’instant. 

«Le Canada et les États-Unis ont une amitié qui n’est pas comme d’autres autour du monde, nous reconnaissons que nous pouvons travailler ensemble, c’est ce que le président [Trump] a souligné. Nous allons continuer de collaborer, mais la réalité, c’est qu’il y a encore bien des semaines avant que l’on puisse parler de relâcher les restrictions par rapport à nos frontières», déclare Justin Trudeau.


« Je ne les veux pas en Ontario. Je veux protéger la population de l’Ontario d’abord. »
Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Plus d’aide pour les entreprises

D’ailleurs, lors de cette conférence de presse, Justin Trudeau a annoncé une Aide d’urgence au Canada pour les loyers commerciaux.

Cela permettra aux petites et moyennes entreprises (PME) comme les restaurants et les boutiques de conserver leurs espaces mêmes s’ils ne sont pas en mesure de payer leur loyer, et ce, jusqu’en juin. 

Le premier ministre du Canada a aussi annoncé que le gouvernement fédéral allait élargir son soutien financier aux PME du pays. 

L’admissibilité actuelle des PME au programme fédéral du Compte d’urgence pour entreprise, soit le prêt de 40 000$ sans intérêt garanti, exige que les entrepreneurs prouvent qu’ils ont payé entre 50 000$ et 1 million $ en masse salariale en 2019.

Maintenant, ce sont les entreprises qui ont payé entre 20 000$ et 1,5 million $ qui pourront profiter de cette aide fédérale. 

Plus de 195 000 prêts d’une valeur de 7,5 milliards $ ont été accordés jusqu’à présent dans le cadre de ce programme, affirme M. Trudeau.