Le nombre de femmes en politique en Outaouais est légèrement plus élevé que dans le reste du Québec. Sur la photo, on voit la conseillère gatinoise Louise Boudrias.

Des données encourageantes en Outaouais pour les femmes en politique

La proportion de femmes occupant un rôle politique dans les municipalités de l’Outaouais est légèrement plus élevée que la moyenne québécoise.

Les données compilées par le Conseil du statut de la femme (CSF) obtenues par Le Droit montrent qu’en 2018, « l’Outaouais tend à se distinguer de l’ensemble du Québec par des proportions plus élevées de femmes dans bon nombre de lieux décisionnels et consultatifs ».

Qu’il s’agisse de la sphère politique, du milieu des affaires ou du monde de l’éducation, les statistiques régionales présentées par le CSF dressent un portrait global de la présence des femmes au sein de diverses instances, de même que son évolution au fil des ans.

En politique, l’Outaouais se démarque notamment par le fait que trois des quatre municipalités régionales de comté (MRC) ont une préfète. Cela représente une proportion de 75 %, une forte hausse par rapport au résultat de 25 % observé en 2009, en 2011 et en 2014. À l’échelle québécoise, on compte 23 % de préfètes et 77 % de préfets.

L’écart entre l’Outaouais et la moyenne provinciale est moins important dans les municipalités. La proportion de conseillères dans la région est passée de 31,9 % en 2014 à 36,3 % l’an dernier. Pour l’ensemble du Québec, ce taux était de 34,5 % l’an dernier.

Du côté des mairies de l’Outaouais, 13 des 67 postes (19,4 %) étaient occupés par des femmes l’an dernier. Au Québec, on comptait 207 mairesses sur un total de 1095 municipalités, soit une proportion de 18,9 %.

La représentation des femmes de l’Outaouais à l’Assemblée nationale a pour sa part décliné l’an dernier, à la suite des élections du 1er octobre. Sur cinq circonscriptions, la région ne compte plus qu’une seule représentante de la gent féminine – la libérale Maryse Gaudreault – à l’Assemblée nationale. À l’échelle provinciale, les femmes occupent 53 des 125 sièges de députés, soit 42,4 %.

En politique scolaire, 46,2 % des postes de commissaires étaient occupés par des femmes l’an dernier en Outaouais, un résultat inférieur au taux de 51 % observé pour tout le Québec.

La région a par ailleurs obtenu des résultats semblables à l’ensemble du Québec au chapitre de la représentation féminine chez les membres des conseils d’administration des chambres de commerce et du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, de même que chez les membres du Conseil régional des partenaires du marché du travail.

Les données du CSF, qui ont été compilées en partenariat avec Citoyenneté-jeunesse, montrent également la place qu’occupent les jeunes de 35 ans et moins dans les lieux décisionnels. L’élection des jeunes trentenaires Mathieu Lacombe et de Mathieu Lévesque à l’Assemblée nationale a notamment permis à l’Outaouais de se démarquer, puisqu’ils représentent 40 % des députés régionaux alors qu’à l’échelle du Québec, seulement 13 des 125 sièges (10,4 %) sont occupés par des élus de 35 ans et moins.