Méganne Perry Mélançon

Dépouillement dans Gaspé: le DGEQ lance une enquête

GASPÉ – Le Directeur général des élections du Québec enquêtera sur le dépouillement du vote dans la circonscription de Gaspé, où un dépouillement judiciaire complété mardi a renversé les résultats. La péquiste Méganne Perry Mélançon remporte finalement la victoire par 41 voix, alors que le décompte du 1er octobre donnait le libéral Alexandre Boulay gagnant, avec 132 voix d’avance.

« Chacune des étapes du dépouillement (…) sera passée en revue de manière à obtenir des éclaircissements et à apporter les correctifs appropriés », indique le Directeur général des élections par voie de communiqué.

 « Des questions sont soulevées depuis le dépouillement judiciaire tenu hier [mercredi]  (…). D’abord et avant tout, je compte bien obtenir les réponses à ces questions et, à la lumière des faits établis, entreprendre les actions nécessaires. L’intégrité du processus électoral constitue la base de notre système électoral et exige que nous agissions avec rigueur et célérité », a déclaré Pierre Reid, le directeur général des élections au Québec.

LIRE AUSSI: Dépouillement judiciaire dans Gaspé: le PQ gagne un 10e siège

Au soir du 1er octobre, le relevé de dépouillement de la boîte de scrutin 61 donnait ses 194 voix au libéral. Le dépouillement judiciaire a révélé que la boîte contenait plutôt 79 votes en faveur du libéral, 74 pour la péquiste, 25 pour le caquiste Louis LeBouthillier et 15 pour le solidaire Alexis Dumont Blanchet.

Le directeur du scrutin dans Gaspé, Yvan Landry, ne croit «pas du tout» à une fraude. «C’est une erreur plate, il n’y a eu aucune malversation», dit-il.

La scrutatrice du PQ et la secrétaire du PLQ avaient correctement compté les bulletins. «Le dépouillement était correct. L’erreur a  été faite dans la transcription sur le rapport», explique M. Landry.

L’erreur a été détectée le soir du 1er octobre « mais il était trop tard, l’urne était scellée », indique M. Landry. « Je ne vois pas comment on aurait pu tricher, avec la présence du scrutateur du PQ et du secrétaire du Parti libéral. Il y a eu une chaîne d’erreurs. »

Le dépouillement judiciaire a aussi retranché cinq voix à la candidate péquiste dans une boîte de scrutin contenant des votes exercés dans un hôpital. Quelques autres boîtes ont révélé des erreurs d’une voix en faveur de l’un ou l’autre candidat.

Mais si l’on exclut la boîte 61, il s’agit d’erreurs mineures, estime M. Landry. « Si on faisait cet examen dans tous les comtés, on en trouverait (des erreurs) ».

Réactions de candidats

Le libéral Alexandre Boulay avait déposé une demande d’enquête au DGEQ  mardi. « Il est important que le DGEQ comprenne ce qui s’est produit le 1er octobre afin que de tels événements ne se reproduisent plus. Ma demande est indépendante du résultat du vote. J’aurais maintenu cette demande même si j’avais été élu. C’est pour cette raison que je l’ai déposée avant le recomptage judiciaire », a déclaré M. Boulay par texto.

Le PQ n’a pas souhaité réagir à l’annonce d’une enquête. Par ailleurs, Méganne Perry Mélançon s’est dite soulagée à l’issue de recomptage mercredi soir. « C’est rassurant pour tous les électeurs qui ont voté, pas seulement dans la boîte 61, mais pour tous les autres (…). Le résultat est maintenant incontestable. »

La candidate péquiste avait demandé et obtenu un dépouillement judiciaire en invoquant les résultats de la boîte 61, qu’elle jugeait improbables.

Grâce au siège de Mme Perry Mélançon, le Parti québécois devient la deuxième opposition à la place de Québec solidaire. Les deux partis ont maintenant dix députés, mais le PQ a obtenu 38 000 voix de plus que QS dans la province.

La nouvelle députée, âgée de 28 ans, est en train de terminer des études universitaires en administration des affaires. Elle est une ex-employée politique de Gaétan Lelièvre, élu sous la bannière péquiste dans Gaspé en 2012 et en 2014, devenu indépendant en 2017 et qui ne s’est pas représenté.

« J’accepte les résultats du recomptage judiciaire avec beaucoup d’humilité », a réagi le libéral Alexandre Boulay sur Facebook. Il estime que le dépouillement judiciaire a été effectué « de façon rigoureuse, transparente et indépendante ».

« Je sors de cette expérience avec la tête haute et le sentiment de n’avoir rien perdu », dit M. Boulay, qui assure « tout (son) soutien » à Mme Perry Mélançon dans son rôle de députée de Gaspé.

M. Boulay, un ingénieur de 37 ans, était en congé sans solde de son poste de directeur de l’usine de pales d’éoliennes LM Wind Power de Gaspé, le temps de la campagne.