Martine Ouellet

Crise au Bloc québécois: trente associations bloquistes appuient Martine Ouellet

Trente présidents de circonscriptions et de régions du Bloc québécois signalent leur appui à la chef de leur parti, Martine Ouellet, dans une lettre transmise à leur Bureau national qui a été rendue publique mercredi soir.

Les cosignataires y lancent également un appel au ralliement au nom de leur projet commun de réaliser la souveraineté du Québec, alors que les sept députés qui ont claqué la porte il y a une semaine n’excluent pas de former un nouveau parti.

Ils écrivent que la base du mandat confiée à Martine Ouellet lorsque les membres l’ont «élue démocratiquement (...) était et demeure clairement l’affirmation de notre raison d’être: l’indépendance du Québec».

Ces présidents expliquent la crise qui secoue leur parti en observant qu’il avait le vent dans les voiles depuis l’élection de 2015, alors que dix députés ont été élus sous la bannière bloquiste. «Il arrive que l’élan fasse trébucher», résument-ils.

D’autres associations bloquistes auraient fait part de leur appui à Martine Ouellet, mais refuseraient de l’annoncer publiquement, a affirmé le porte-parole du Bloc québécois Pierre Tadros dans un courriel transmis à La Presse canadienne. Il y a en tout 68 associations de comté au Bloc québécois.

Le quotidien Le Devoir révélait mardi que les associations de circonscription sont divisées sur un appui à Martine Ouellet. Sept des 15 qui ont pu être jointes ont demandé le départ de la chef ou au minimum que le vote de confiance prévu en 2019 soit devancé.

Le Québec compte 78 circonscriptions fédérales, mais elles n’ont pas toutes une association bloquiste active.