On assiste présentement à «l’affaiblissement majeur de cette idée politique qui est l’idée de l’indépendance du Québec», a commenté M. Couillard, jeudi, lors d’une mêlée de presse.

Crise au Bloc: Couillard croit que le mouvement souverainiste en sort affaibli

Le mouvement souverainiste sort très affaibli de la crise majeure qui secoue le Bloc québécois à Ottawa, selon le premier ministre Philippe Couillard.

Mercredi, sept des dix députés bloquistes ont choisi de claquer la porte du caucus et de répudier leur chef, Martine Ouellet, ce qui fait dire au premier ministre qu’il s’agit là d’une preuve additionnelle du déclin de l’option souverainiste au Québec.

On assiste présentement à «l’affaiblissement majeur de cette idée politique qui est l’idée de l’indépendance du Québec», a commenté M. Couillard, jeudi, lors d’une mêlée de presse, en marge d’une visite d’une microbrasserie artisanale située à Stoneham, en banlieue de Québec.

Ses commentaires surviennent à sept mois du prochain scrutin, alors que le Parti québécois est relégué au troisième rang dans les intentions de vote, derrière la Coalition avenir Québec et le Parti libéral, selon les derniers sondages, ne récoltant plus qu’environ 20 pour cent d’appui de la population.

C’est dans ce contexte déjà difficile pour les souverainistes que le Bloc québécois traverse une fois de plus une crise majeure, qui pourrait lui être fatale, laissant présager l’inexorable déclin du projet indépendantiste, selon M. Couillard.

«Le mouvement indépendantiste a vécu ses meilleurs jours», a-t-il commenté, convaincu que ce projet «a de moins en moins d’attraction» auprès de la population, surtout la génération montante, satisfaite du cadre fédéral actuel, si «avantageux» pour le Québec.

«Les idées ne meurent jamais, a-t-il nuancé. C’est la force de l’idée qui est en diminution. Les gens ne voient plus de pertinence à ça, notamment la jeune génération ne voit plus vraiment l’intérêt pour le Québec d’aller dans cette direction-là.»