Crise à Déléage: le ministère des Affaires municipales s'en mêlera

L’appel à l’aide lancé mardi soir par des conseillers municipaux de Déléage a été entendu à Québec. Des représentants de la Direction régionale du ministère des Affaires municipales débarqueront dans la municipalité de la Haute-Gatineau en début de semaine prochaine afin de s’enquérir plus en détail de la situation qui y prévaut.

«La Direction régionale tiendra des rencontres individuelles avec le maire (Raymond Morin), la nouvelle directrice générale (Sandra Bélisle) et les conseillers municipaux pour faire le point sur la situation et mesurer les besoins en accompagnement, tant sur le plan de l’administration que du conseil», a confirmé au Droit, jeudi, la direction des communications ministère. 

Mardi, quatre des six conseillers municipaux de Déléage ont publiquement réclamé la démission du maire Morin et la mise sous tutelle de la municipalité. Ces derniers reprochent au maire de se livrer à du harcèlement psychologique et d’abuser de son pouvoir depuis son élection en novembre 2017. La situation n’a cessé de se détériorer, selon eux. Pas moins de cinq directeurs généraux se sont succédé en moins d’un an dans cette municipalité de 1900 âmes. Le roulement de personnel dans l’équipe de direction est anormalement élevé.

À LIRE AUSSI: La démission du maire et la mise sous tutelle sont demandées par des élus

>>> Le maire rejette toutes les critiques

>>> La crise à Déléage, en bref

En entrevue avec Le Droit, mercredi, le maire Morin a rejeté l’ensemble des critiques qui lui sont faites. Ses opposants font, selon lui, «preuve d’une ignorance totale». M. Morin a répété que «Déléage va très bien». 

La Direction du ministère affirme toutefois avoir tenu, au cours des derniers mois, des «rencontres régulières» avec les membres du conseil et les directeurs généraux par intérim. «Elle continue de suivre la situation de près et d’accompagner le conseil, le maire et la direction générale», ajoute-t-on au ministère. 

Tutelle

Quant à l’appel à la mise sous tutelle fait par les conseillés opposés au maire Morin, le ministère affirme ne pas avoir reçu de demande formelle de la part du conseil. «La mise en tutelle par la Commission municipale d’une municipalité est une mesure de dernier recours qui doit d’abord faire l’objet d’un décret du conseil des ministres, explique le ministère des Affaires municipales. Elle intervient lorsque la municipalité n’est plus en mesure de prendre des décisions nécessaires à la prestation des services aux citoyens ou à l’application des lois et règlements.