Le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, accompagné du député André Drolet sur la photo, a prononcé un discours électoraliste dans Charlesbourg, mardi.

Couillard passe à l’attaque

«Bricoleurs», «dépensiers», «amateurs», «brouillons». Le premier ministre Philippe Couillard a ouvert les hostilités électorales dans la région de Québec mardi soir en lançant de nombreuses flèches en direction de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Prononçant un discours devant quelques centaines de militants réunis dans un hôtel de Charlesbourg, le chef du Parti libéral (PLQ) s’est montré confiant de remporter plusieurs sièges dans la région le 1er octobre. «Il y a rien qu’on prend pour acquis. On va la faire, la bagarre», promet-il.

M. Couillard n’a pas prononcé un seul mot sur Jean-François Lisée et le Parti québécois, mais plusieurs contre François Legault et la CAQ, qu’il accuse de constamment changer d’idée, sans avoir une direction précise. «Ils sont prêts à dire n’importe quoi pour se faire élire», prévient-il.

Comme de commencer la construction d’un troisième lien routier entre Québec et Lévis dans un premier mandat, ce qu’il juge irréaliste. «C’est ce monde-là qui veut former le gouvernement? C’est pas sérieux!»

Le Parti libéral propose plutôt aux électeurs de Québec de «faire les deux» : d’abord un réseau de transport collectif structurant et, à plus long terme, un troisième lien. «On va avoir les moyens. Pourquoi il n’y aurait pas des milliards de dollars pour Québec comme il y en a pour Montréal?» soutient M. Couillard. 

Le PLQ croit que la mobilité sera l’enjeu principal de la campagne dans la région de Québec et il compte présenter aux citoyens un plan moderne de transports. «Mon adversaire [François Legault], il ne croit pas au transport collectif», plaide M. Couillard.

Bilan économique

Le premier ministre a également vanté pendant de nombreuses minutes le bilan économique de son gouvernement. «Le Québec va mieux, le Québec va beaucoup mieux qu’en 2014.» Et il demande aux Québécois de lui renouveler leur confiance. «On a besoin d’un équipage expérimenté qui tient le gouvernail [...] La CAQ, c’est trop risqué pour le Québec.»

À l’heure actuelle, le PLQ détient 8 des 11 circonscriptions de la région de Québec. Les députés Michel Matte (Portneuf) et Raymond Bernier (Montmorency) sont toujours en réflexion quant à leur avenir politique. «Je souhaite que tout le monde reste», indique M. Couillard, qui dit toutefois ne pas être inquiet pour l’équipe. «Il y a plein de monde de qualité qui lèvent la main» pour se présenter à Québec, assure-t-il.

Cette rencontre avec les militants servait à mettre la table au caucus présessionnel du PLQ, qui se tient mercredi et jeudi à Québec.

***

ANDRÉ DROLET DE RETOUR

En réflexion sur son avenir politique, le député André Drolet a finalement décidé de tenter sa chance une quatrième fois dans Jean-Lesage (Limoilou). 

En mêlée de presse, il a d’abord soutenu qu’il rendrait publique sa décision au cours des prochains jours. Puis, le politicien de 63 ans s’est emporté, ayant visiblement le goût d’en découdre avec la Coalition avenir Québec (CAQ). 

«Mon critère numéro un dans mes pour, c’était justement le défi. J’ai trois élections en arrière de moi et j’ai pas peur d’une quatrième [...] Et ça, je peux le dire à qui de droit qui va se présenter contre moi dans Jean-Lesage en 2018», a-t-il lancé. 

C’est Christiane Gamache, une gestionnaire issue du monde de l’éducation, qui représentera la CAQ et tentera de déloger M. Drolet dans cette circonscription.