Le premier ministre ontarien, Doug Ford

Conseil de Toronto: Ford va de l’avant malgré la contestation

TORONTO — Le gouvernement de l’Ontario ira de l’avant avec son projet de réduire de près de moitié la taille du conseil municipal de Toronto, malgré la contestation judiciaire décidée lundi par les élus de la métropole.

Un porte-parole du premier ministre Doug Ford a déclaré mardi que le gouvernement progressiste-conservateur appliquerait quand même la loi qui fera passer de 47 à 25 le nombre de conseillers municipaux à Toronto. La loi redécoupe la carte électorale municipale en harmonisant les districts avec les circonscriptions fédérales.

Les conseillers actuels ont voté lundi à 27 contre 15 en faveur d’une contestation judiciaire dans l’espoir que soit invalidée la loi qui a été adoptée la semaine dernière, à un peu plus de deux mois des élections municipales du 22 octobre. La Ville se présentera en Cour supérieure le 31 août pour faire invalider cette loi.

M. Ford soutient qu’un conseil municipal réduit à Toronto sera plus efficace et fera réaliser des économies aux contribuables, mais il a exclu lundi de prendre des mesures similaires dans d’autres municipalités.

Le maire de Toronto, John Tory, a qualifié la décision du gouvernement provincial de « mauvaise et inacceptable », déplorant notamment l’absence de consultation du public.

Conseiller municipal à Toronto de 2010 à 2014, Doug Ford avait été défait par John Tory dans la course à la mairie en 2014. Le premier ministre est aussi le frère du controversé Rob Ford, qui avait été maire de Toronto avant M. Tory. Doug Ford affirme que son expérience en politique municipale lui a permis de mieux comprendre les problèmes du conseil municipal de Toronto.

Le maire Tory a affirmé lundi que la contestation judiciaire permettra aussi de définir les limites de la capacité de la province à légiférer sur des questions touchant Toronto.