François de S. Labrecque est un ancien enseignant qui s’est recyclé dans le commerce international.

Commentaires islamophobes: démission du président des conservateurs de Louis-­Hébert

Tout juste élu président de l’Association conservatrice de Louis-Hébert, l’homme d’affaires François de S. Labrecque a remis sa démission mardi après que Le Soleil ait porté à l’attention du Parti des commentaires islamophobes et homophobes publiés sur le réseau social Facebook.

Il s’agit d’une deuxième victime politique qui écope après avoir fait des commentaires controversés sur les réseaux sociaux en une semaine. La semaine dernière, Muguette Paillé se retirait de la course à l’investiture du Parti québécois dans Maskinongé après que des commentaires racistes et islamophobes qu’elle avait faits sur les réseaux sociaux aient été rendus publics.

François de S. Labrecque avait pour sa part critiqué le ministre fédéral de l’immigration, Ahmed Hussen, en ces mots le 7 mars : «L’invasion... un ministre de religion musulmane». Le 8 février, il écrivait en anglais : «J’en ai assez de voir ce qui se passe avec les homosexuels. Ils font tellement de mal à notre monde». 

En novembre 2015, il avait également commenté une infographie truffée de fausses statistiques publiées par l’organisation électorale de Donald Trump au sujet de la couleur de la peau des auteurs et des victimes de meurtres. «Maintenant, vous savez que les noirs tuent... Disons les vraies choses», avait-il écrit, aussi en anglais.

«Propos inacceptables»

En fin d’après-midi, après avoir reçu les captures d’écran consultées par Le Soleil, l’attachée de presse du Parti conservateur pour le Québec, Catherine Major, a confirmé que M. Labrecque n’était plus le président de l’Association.

«M. Labrecque a remis sa démission à titre de président de Louis-Hébert après que le Parti conservateur du Canada eut pris connaissance des propos inacceptables qui ont été publiés sur sa page Facebook», a déclaré Mme Major.

«Nous condamnons ses propos avec vigueur et ils ne représentent en aucun cas la position de notre parti. M. Labrecque a été élu il y a à peine quelques jours à titre de président et sa nomination n’avait toujours pas été officialisée auprès d’Élections Canada», a-t-elle poursuivi.

Informé lui aussi des propos de M. Labrecque par Le Soleil, Samuel Simard-Michaud, l’un des administrateurs de l’Association conservatrice de Louis-Hébert, les a qualifiés de «surprenants» et a ajouté qu’il n’était pas au courant lui non plus des déclarations de son président sur Facebook.

Ni homophobe ni islamophobe

Quant au principal intéressé, il s’était entretenu avec Le Soleil quelques heures avant de donner sa démission et avait pourtant nié être islamophobe ou homophobe. «Il faut regarder ce qui est écrit et le mettre en contexte. Vous ne vous adressez aucunement à une personne homophobe. Ce que je critique, c’est que certains d’entre eux donnent un mauvais nom à tous les autres», a-t-il déclaré.

«C’est la même chose pour les musulmans et c’est la même chose pour les gens d’affaires, car il m’est aussi arrivé de critiquer des gens d’affaires qui font des choses croches. Je suis offusqué de voir ce que des gens de certains regroupements peuvent faire», poursuit-il.

Malgré ses critiques, il jure n’être ni islamophobe ni homophobe. «Je travaille dans le commerce international et je suis déjà allé dans des pays musulmans comme l’Indonésie et le Maroc. Également, il y a deux bons amis de la famille qui sont homosexuels.»

«Je n’ai pas fait ces commentaires pour écraser qui que ce soit. Mais certains sont plus sensibles que d’autres quand ils voient un texte. Je ne suis pas un «flyé» ou un «débile». Par contre, c’est sûr que des fois, je brasse, je pose une question-choc pour avoir des réponses», a-t-il justifié, ajoutant que Facebook n’était pas le centre de sa vie.

Commerce international

Âgé de 55 ans, M. Labrecque est un ancien enseignant qui s’est recyclé dans le commerce international. Depuis plus de 20 ans, il est président et propriétaire de l’entreprise Persico Inc., qui exporte aux États-Unis et en Europe des produits de quincaillerie fabriqués au Québec. 

Selon le site de réseautage LinkedIn, il a aussi été membre de la Coalition avenir Québec en 2012 comme responsable des communications et des finances pour la Capitale-Nationale. De 1992 à 1998, il avait aussi été vice-président et actionnaire de l’entreprise 20/20 inc., qui importait des vêtements provenant du Chili et du Pérou pour des clients comme Simons et Clément.