Le nouveau chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet

Blanchet met en garde contre les opérations de séduction de ses adversaires

L’unité canadienne est maintenue avec «des mirages et des chèques», selon le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, qui met les Québécois en garde contre les exercices de séduction des autres partis fédéraux à neuf mois de la prochaine élection fédérale.

M. Blanchet a réagi mardi aux propos du premier ministre manitobain Brian Pallister qui, la veille, avait accusé le Québec de prendre des positions contraires aux intérêts du reste du Canada. M. Pallister avait cité en exemple l’opposition du gouvernement Legault au défunt projet d’oléoduc Énergie Est et sa politique pour réduire les seuils d’immigration.

Il avait affirmé que le premier ministre Justin Trudeau ferait preuve d’un «manque de respect total» s’il acceptait de considérer les demandes électorales soumises par François Legault lors de leur rencontre à Sherbrooke jeudi dernier.

Toute tentative d’apaisement du Québec de la part de quelque parti fédéral que ce soit est «fondamentalement inacceptable», selon M. Pallister.

Yves-François Blanchet, couronné chef du Bloc québécois la semaine dernière, estime que le premier ministre du Manitoba fait la démonstration que «la vision de l’Ouest canadien et la vision du Québec» «sont incompatibles» sur plusieurs points.

Il a critiqué les «partis canadiens» «irresponsables» qui sont «favorables à l’exploitation commerciale» et à l’»augmentation de la consommation du pétrole extrait des sables bitumineux», alors que la fonte des glaciers s’accélère.