Dominique Anglade, députée à l’Assemblée nationale et candidate dans la course à la direction du Parti libéral du Québec.

Anglade mousse son projet de Charte des régions

La mise en place de mesures pour combler les besoins criants de main-d’œuvre en santé en Outaouais figure parmi les dossiers qui s’inscrivent dans le projet de Charte des régions de Dominique Anglade, candidate dans la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ).

Lors d’une entrevue accordée au Droit mercredi alors qu’elle est de passage en Outaouais dans le cadre d’une tournée des régions, la députée libérale de Saint-Henri-Sainte-Anne à l’Assemblée nationale a indiqué que la région de l’Outaouais doit avoir des conditions de travail et des salaires compétitifs avec ceux de l’Ontario afin d’attirer et de maintenir les professionnels de la santé du côté québécois de la frontière.

« C’est important de parler de la Charte des régions parce que nous voulons une équité régionale, et cela implique de reconnaître les particularités de chacune des régions. Ici, en Outaouais, c’est clair qu’il y a des particularités, simplement du fait qu’elle partage sa frontière avec l’Ontario. Ça a des conséquences », a expliqué la porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie.

« On voit dans le système de santé que l’Ontario peut parfois être plus attirante et créer des pénuries de main-d’œuvre au Québec. Il faut voir de quelles manières on est capables d’ajuster les programmes québécois pour être concurrentiels pour que les gens restent en Outaouais », a-t-elle continué.

L’Assemblée nationale a adopté en octobre 2019 une motion qui reconnaît les besoins particuliers de l’Outaouais, a rappelé Mme Anglade.

« Il faut mettre au défi le gouvernement Legault de vraiment montrer comment il reconnaîtra cette spécificité-là dans les décisions qui seront prises, notamment dans les négociations dans le secteur public. On parlait de santé, mais ça peut aussi être dans le milieu de l’éducation où il y a aussi des enjeux en termes de main-d’œuvre », a-t-elle indiqué.

Environnement

Mme Anglade était en Outaouais mercredi, et passe aussi la journée de jeudi dans la région pour rencontrer des citoyens, des militants et des entrepreneurs, notamment. Elle aborde en outre les questions environnementales durant ses rencontres.

« Il faut que l’environnement devienne un pilier de développement économique », a lancé Mme Anglade en entrevue, précisant qu’il faut encourager les entreprises, les municipalités et les gouvernements à utiliser des matériaux recyclés afin de contrer la crise du recyclage.

« La crise du recyclage vient du fait qu’on n’a pas développé de débouchés pour les produits recyclés », a-t-elle fait valoir.

Le congrès à la chefferie du PLQ se déroulera les 30 et 31 mai 2020 à Québec. Il n’y a qu’un autre candidat en lice pour le moment, soit le maire de Drummondville, Alexandre Cusson.