Andrew Scheer exhorte le gouvernement de Justin Trudeau à renforcer les inspections de tous les produits en provenance de Chine et suggère d'envisager l'imposition de tarifs douaniers.

Andrew Scheer suggère d'imposer des tarifs douaniers à des produits chinois

OTTAWA — Andrew Scheer exhorte le gouvernement de Justin Trudeau à renforcer les inspections de tous les produits en provenance de Chine et suggère d'envisager l'imposition de tarifs douaniers.

Dans une lettre adressée vendredi au premier ministre, le chef conservateur demande à M. Trudeau d'adopter une attitude plus ferme envers le deuxième partenaire commercial du Canada, alors que les deux pays sont depuis plus de sept mois plongés dans un différend diplomatique.

Pékin a arrêté en décembre deux ressortissants canadiens quelques jours à peine après l'arrestation à Vancouver d'une dirigeante du géant chinois Huawei, en vertu d'un mandat d'extradition américain. Irrité par l'arrestation de Meng Wanzhou, Pékin multiplie depuis les inspections de produits canadiens, qui ont conduit à la suspension - ou à l'obstruction - d'importantes importations agricoles canadiennes, notamment de porc et de canola.

La semaine dernière, la Chine a annoncé la suspension de toutes les importations de produits de viande canadiens, en raison de préoccupations concernant des rapports d'inspection frauduleux.

M. Scheer souhaite que le gouvernement canadien réagisse en intensifiant les inspections canadiennes sur toutes les importations en provenance de Chine.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments n'a pas l'intention de riposter de la sorte, a fait savoir une porte-parole de la ministre fédérale de l'Agriculture, Marie-Claude Bibeau, plus tard vendredi.

Le Canada travaille présentement en collaboration avec la Chine dans le cadre d'une enquête sur de faux certificats d'exportation, a ajouté Katie Hawkins.

Des tarifs aux Chinois?

M. Scheer suggère aussi d'imposer des tarifs douaniers sur les produits chinois qui auraient le plus grand impact possible, tout en minimisant les dommages pour les consommateurs canadiens.

«Ne tournons pas autour du pot: le Canada se laisse malmener par le gouvernement chinois et vous ne faites rien en retour», écrit M. Scheer dans sa lettre au premier ministre. Le chef conservateur ajoute que le Canada a importé de Chine plus de 75 milliards $ de marchandises l'année dernière. «Bref, nous avons du poids dans ce conflit, mais seulement si nous choisissons de l'utiliser.»

M. Scheer réitère aussi ses appels au premier ministre pour qu'il dépose immédiatement une plainte formelle contre la Chine auprès de l'Organisation mondiale du commerce et qu'il retire le Canada de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures. «Votre décision d'envoyer 256 millions $ à l'étranger avec peu ou pas de garantie que les Canadiens en bénéficieront était une erreur dès le départ», soutient M. Scheer.

Justin Trudeau a tenté de faire libérer les deux ressortissants canadiens - détenus «arbitrairement» en Chine, selon lui - en encourageant les alliés du Canada à faire pression sur Pékin pour faire respecter la primauté du droit et d'autres normes internationales.

Le premier ministre canadien et l'ambassadrice des États-Unis au Canada, Kelly Craft, affirment que le président américain Donald Trump a soulevé la question auprès de son homologue chinois, Xi Jinping, lors du sommet du G20.

Michael Kovrig, un diplomate canadien en congé, et Michael Spavor, un entrepreneur, sont tous les deux accusés d'espionnage et d'avoir mis en danger la sécurité nationale.