Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford

Allégations de favoritisme: Doug Ford révoque deux nominations

TORONTO — Le premier ministre ontarien, Doug Ford, a révoqué vendredi deux nominations à des postes lucratifs à l’étranger, un jour seulement après en avoir fait l’annonce.

Doug Ford avait nommé jeudi quatre nouveaux agents-généraux, rémunérés entre 165 000 $ et 185 000 $ par année, peu de temps après un remaniement important de son conseil des ministres pour rebattre les cartes après une première année mouvementée au pouvoir.

Taylor Shields, vice-présidente adjointe au marketing de Chubb Insurance, a été nommée à un poste à Londres et Tyler Albrecht, analyste principal chez Optimize Capital Markets, devait représenter la province à New York.

Mais le premier ministre est revenu sur sa décision moins de 24 heures plus tard, après que le quotidien The Globe and Mail eut rapporté des allégations de favoritisme politique.

Selon certaines sources, Mme Shields aurait un lien de parenté avec l’épouse de Dean French, le chef de cabinet de Doug Ford, tandis que M. Albrecht serait ami avec l’un des fils de M. French. Selon une publication Twitter datant de 2014, ils jouaient tous deux sur la même équipe de la crosse.

À LIRE AUSSI :

Le chef de cabinet de Doug Ford démissionne

Le bureau du premier ministre n’a fourni aucune raison pour la révocation de ces deux nominations. Mme Shields et M. Albrecht n’ont pas immédiatement donné suite aux demandes de commentaires de La Presse canadienne.

Les deux autres nominations annoncées jeudi sont néanmoins maintenues: Jag Badwal, l’ancien président du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, sera en poste à Dallas et Earl Provost, auparavant chef de cabinet du défunt frère de Doug Ford, l’ex-maire torontois Rob Ford, prendra la route vers Chicago.

Le député néo-démocrate Taras Natyshak accuse le premier ministre de tenter de «refiler des billets de première classe dans des bonnes planques à ses amis et à sa famille».

«Il est dégoûtant qu’il essaie de balayer ça sous le tapis quand il est pris sur le fait», a-t-il ajouté.

Les postes d’agents-généraux n’existaient plus au sein du gouvernement ontarien depuis les années 1990. Doug Ford a fait valoir jeudi qu’ils contribueraient à stimuler les investissements et la création d’emplois dans la province.