Des affiches d’origine inconnue sont apparues aux côtés de celles du candidat Stephen Blais, dans Orléans.

Affiches illégales installées dans Orléans

Des affiches à l’origine inconnue avec un message simple : « SVP pas Stephen Blais » sont apparues dans la circonscription d’Orléans au cours des derniers jours. Ce dernier, candidat du Parti libéral de l’Ontario à l’élection partielle en cours, estime que ce geste est conséquent avec la campagne négative menée par ses adversaires.

« On a une campagne très positive pour le futur d’Orléans : les investissements en éducation, en santé et en infrastructures. Les autres ont parlé seulement des aspects négatifs contre moi et contre le Parti libéral. Aujourd’hui, on a vu des affiches qui démontrent encore qu’ils n’ont pas les idées pour notre communauté », affirme M. Blais, sans pointer du doigt un adversaire en particulier.

Son adversaire néodémocrate, Manon Parrot, soutient avoir entendu beaucoup de « sentiment anti-Blais » dans le cadre de sa campagne, mais assure que son équipe et elle n’ont rien à voir avec cette situation.

« Selon notre équipe, ces pancartes sont illégales. Il ne semble pas y avoir d’indication qu’elles ont été autorisées par un agent officiel quelconque, affirme Mme Parrot. On ne veut pas se laisser distraire par des pancartes, on se concentre en ce moment à faire sortir le vote. »

Un représentant de la campagne de la progressiste-conservatrice Natalie Montgomery a quant à lui indiqué au Droit qu’il se demande s’il s’agit d’une manœuvre d’une tierce partie.

Or, le seul tiers annonceur enregistré auprès d’Élections Ontario pour les partielles d’Orléans et d’Ottawa-Vanier est l’Ontario Federation of Labour qui a confirmé au Droit ne pas être derrière cette initiative.

Bien que le placement des affiches électorales relève des municipalités, Élections Ontario confirme que « toute publicité politique doit avoir une autorisation appropriée indiquant qui a parrainé ou payé la publicité », confirmant l’illégalité de ces pancartes.