Guilbeault suspend une étude après le revirement de Ford sur la ceinture de verdure

Le ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbeault, devrait interrompre lundi une étude sur le parc urbain national de la Rouge, lancée après que le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a ouvert au développement des terres protégées avoisinantes.

Le ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbeault, devrait interrompre lundi une étude sur le parc urbain national de la Rouge, lancée après que le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a ouvert au développement des terres protégées avoisinantes.


Dans une déclaration obtenue par La Presse Canadienne, M. Guilbeault a affirmé qu’il suspendait indéfiniment l’étude en réponse à l’annonce de M. Ford la semaine dernière selon laquelle qu’il annulait ses projets de développement des parcelles de la ceinture de verdure.

Une partie de la Ceinture de verdure en question est adjacente au parc dans l’est de Toronto et M. Guilbeault soutient que l’étude visait à évaluer les effets environnementaux du développement à proximité des terres sensibles après que les peuples autochtones et le grand public aient exprimé leurs inquiétudes.

Le ministre Guilbeault a déclaré lors de l’annonce de l’étude que le parc urbain national de la Rouge abrite 42 espèces en péril, dont l’hirondelle de rivage, le pic à tête rouge et le papillon monarque.

Jeudi dernier, M. Ford a reconnu que c’était une «erreur» de retirer 15 parcelles de terrain de la ceinture de verdure, et il s’est engagé à les restituer.

La déclaration de M. Guilbeault indique que le gouvernement fédéral attend avec impatience de connaître plus de détails sur la manière dont M. Ford rétablira toutes les protections des terres de la Ceinture de verdure.