En marge d’une rencontre conjointe du caucus et de l’exécutif national du Parti québécois, le chef Jean-François Lisée a mis en garde les Québécois désirant se «débarrasser» des libéraux contre la «bêtise» des propositions de la CAQ.

Lisée estime que l’effet boule de neige de la CAQ «fondra au printemps»

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, estime que l’engouement pour la Coalition avenir Québec (CAQ) se manifestant dans les plus récents sondages est un «effet boule de neige, qui fondra au printemps».

En marge d’une rencontre conjointe du caucus et de l’exécutif national du PQ, dimanche, à Montréal, M. Lisée s’est dit «réaliste et combatif» à un an des prochaines élections générales.

En chute marquée dans les plus récents sondages d’opinion, le Parti québécois rassemblait dimanche les présidences régionales du PQ ainsi que les représentants du comité national des jeunes, avec pour objectif d’aborder la campagne pré-électorale et de préparer la tenue du Conseil national en janvier.

Selon un sondage Léger-Le Devoir publié samedi, le Parti québécois atteint des creux historiques dans les intentions de vote. Il obtient 19 % des appuis, loin derrière la Coalition avenir Québec et le Parti libéral. En fait, selon ce coup de sonde, la CAQ trône en tête des intentions de vote, à 36 % d’appuis. Les libéraux suivent à 32 %.

M. Lisée a affirmé en mêlée de presse avoir anticipé un bond de la CAQ dans les sondages.

Selon lui, la formation du chef François Legault semble représenter le «véhicule» pour les Québécois qui veulent se «débarrasser des libéraux». M. Lisée estime toutefois que les gens vont se rendre compte de la «bêtise» des propositions de la CAQ, puisqu’elles seront «davantage sous les feux des projecteurs».

Dans un contexte du report d’un éventuel référendum à un deuxième mandat d’un gouvernement du PQ, M. Lisée a illustré le message qu’il devrait tenter de faire valoir à un certain nombre de souverainistes qui délaissent aussi le PQ, selon les plus récents sondages.

«De 2018 à 2022, nous allons être un gouvernement qui va redonner à la nation la confiance qu’il lui faut pour faire le pas suivant, et ça, ça veut dire ne pas s’excuser de se faire dire bonjour — plutôt que la formule «Bonjour-Hi» —, ça veut dire avoir une immigration qui est francophone, ça veut dire renvoyer le signal que la langue française est de retour, ça veut dire renvoyer le signal que nos valeurs à nous sont importantes, et qu’on les met dans une constitution québécoise», a lancé le chef du PQ.

«Un gouvernement qui se tient, qui redonne de la colonne vertébrale aux Québécois, et qui donc, prépare le terrain à un rendez-vous encore plus ambitieux, celui de 2022. Pour nous, c’est la formule gagnante, et c’est la seule qui mène à l’indépendance», a-t-il ajouté.

La «sagesse populaire»

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a aussi dit ne pas s’inquiéter «du tout» de la montée de la CAQ dans les sondages, soutenant que la formation du chef François Legault lançait un «paquet de critiques en l’air», et proposait «des idées d’un autre siècle».

«Moi, j’ai toujours cru en la sagesse populaire. [...] Je pense que les gens vont voir que nous [les libéraux] prenons les bonnes décisions. Dans la même veine, la compétence en politique a-t-elle encore une valeur? Je vous propose de faire un parallèle de compétence entre la CAQ et le Parti libéral du Québec», a-t-il affirmé.

M. Barrette a profité d’une annonce, dimanche, à Montréal, sur des investissements de 35 millions $ pour un programme public de psychothérapie, pour soutenir qu’il n’était jamais question «dans la bouche de députés de la CAQ [...] de santé mentale ou de pauvreté».

Une porte-parole de M. Legault a indiqué dimanche que la CAQ ne commentait pas les sondages.

Selon Radio-Canada, afin de redorer son image et pour mieux faire passer son message, le PQ a décidé de faire appel à des consultants externes et a retenu les services de l’agence Upperkut.

Cette firme s’est notamment signalée ces derniers mois par sa contribution à la campagne victorieuse de Projet Montréal et de la nouvelle mairesse Valérie Plante lors des élections municipales.