Pour Stéphanie Vallée, l’arrivée d’André Fortin au conseil des ministres donnera «une voix plus forte» à la région.

Deux ministres pour l’Outaouais

Avec la nomination d’André Fortin aux Transports et le choix du premier ministre Philippe Couillard de laisser la Justice à Stéphanie Vallée, l’Outaouais a maintenant deux représentants au sein du conseil des ministres à Québec.

La dernière fois que la région a compté deux ministres avec portefeuille en simultané, c’était à l’automne 1988. Le député de Hull de l’époque, Gilles Rocheleau, était alors ministre des Approvisionnements et Services, pendant que son collègue de Gatineau, Michel Gratton, détenait le ministère du Tourisme.

L’Outaouais a aussi eu plus récemment deux députés siégeant au conseil des ministres, à l’époque où l’ancien député de Papineau, Norman MacMillan, était whip en chef du gouvernement, sans toutefois détenir de ministère.

Pour Stéphanie Vallée, l’arrivée d’André Fortin au conseil des ministres donnera «une voix plus forte» à la région, puisqu’il y aura désormais deux personnes qui y porteront «la lunette Outaouais». La nomination de son collègue aux Transports tombe aussi alors que «les enjeux de transports en Outaouais sont réels», note Mme Vallée. Celle qui est députée de Gatineau depuis 2007 s’est par ailleurs dite «très contente» de conserver le ministère de la Justice et la responsabilité de l’Outaouais au sein du cabinet Couillard. Même si certains observateurs ont critiqué son travail à la Justice, Mme Vallée affirme qu’elle n’anticipait pas le remaniement de mercredi, en affirmant qu’«on apprend, avec le temps, dans nos vies personnelles, à prendre une petite distance de ce qui peut se dire de la part des commentateurs, de la part des chroniqueurs».

À un an des prochaines élections, Stéphanie Vallée souhaite «poursuivre tout le travail qui s’inscrit dans le besoin de transformer notre système de justice» dans la foulée de l’arrêt Jordan, le tout dans le but d’«assurer une justice qui est plus accessible, plus rapide, plus efficace».