Policiers et pompiers: Les bonis explosent à Gatineau

Les congés de maladie ont considérablement diminué chez les pompiers et policiers de Gatineau depuis 2009, mais les primes et bonis qu'ils ont touchés ont explosé durant dans la même période.
C'est ce que révèlent des données obtenues par LeDroit auprès de la Ville de Gatineau, en vertu de la Loi d'accès à l'information.
Entre 2009 et 2013, les employés du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) ont fait passer les heures de congé de maladie de 10645 à 8144. Pendant la même période, au Service de sécurité incendie de Gatineau (SSIG), les heures de congé de maladie ont diminué de près du tiers, passant de 9447 à 6856.
Les données préliminaires pour 2014 démontrent que la tendance se maintient, Au début du mois d'octobre, les employés des services de police et d'incendie ont respectivement réclamé 5097 et 4401 heures de congé de maladie.
Cette diminution des absences en raison d'une maladie ou d'un imprévu contraste avec les primes et bonis des policiers et pompiers, qui ne cessent d'augmenter depuis 2009.
Dans le cas des policiers, ces primes et bonis ont plus que doublé, et même triplé dans celui des pompiers. En 2009, les policiers du SPVG ont reçu 559214 $ en primes et bonis. Quatre ans plus tard, on leur versait 1,3 million$.
Les primes des pompiers, moins imposantes, sont tout de même passées de 29026$, en 2009, à 101266$, en 2013.
Tant qu'au SPVG qu'au SSIG, les primes et bonis ont connu cette hausse marquée dès 2012.
Avec William Leclerc