Après quelques années d'existence seulement, la ligue «récréative» comptait 40 000 membres dans 300 établissements, des bars pour la plupart, dans 17 régions du Québec.

Poker 101 à l'Université d'Ottawa

Les amateurs de poker peuvent maintenant démystifier les jeux de hasard, grâce à un cours offert à l'Université d'Ottawa. Mais ils sont surtout invités à penser beaucoup plus loin que le simple jeu de cartes.
Pieter Hofstra, logicien au département de mathématiques et de statistique de la Faculté des sciences, est le professeur qui a créé le cours «Probabilités et jeux de hasard: Poker 101». Il s'agit d'une introduction à la théorie élémentaire des probabilités. La théorie et les fondements mathématiques des jeux de hasard sont démontrés par leurs applications au jeu de poker. Les étudiants y apprennent les aspects sociétaux du jeu.
«La raison pour laquelle j'ai créé le cours, c'est parce qu'à la base, j'aime le poker et les mathématiques. Je pense que les deux sont reliés. C'est important de bien comprendre les mathématiques pour bien jouer. Avec l'engouement autour du poker, je trouvais que c'était une belle opportunité d'intéresser un public plus large aux mathématiques», explique M. Hofstra.
Le cours est ouvert à tous, aux étudiants en mathématique, mais aussi à ceux en science politique ou même dans le domaine de la santé. Le cours compte plus de 200 inscriptions par semestre depuis sa création en 2011. Poker 101 est offert en anglais une fois par année. Le plan de cours a été créé en français, mais n'a pas encore été offert sur le campus. Les personnes intéressées n'ont pas besoin de prérequis pour suivre la formation.
Pieter Hofstra ne donne pas la formule magique pour devenir riche au poker. Aux dires du professeur, son cours est plutôt une façon d'amener la réflexion plus loin en permettant aux étudiants d'appliquer des principes mathématiques dans des situations vécues quotidiennement. Il donne en exemple des gens qui doivent négocier un salaire ou toute autre situation dans le domaine des affaires. Le jeu prend toutefois une bonne partie de la théorie. Les étudiants analysent des mains de poker, voient quelle stratégie un joueur aurait dû privilégier et d'autres facettes des jeux de hasard. La plupart des étudiants n'ont jamais joué à ce jeu de cartes.
Plus que du poker
«C'est beaucoup plus que du poker. On parle de la négociation, comment appliquer ces principes dans des domaines légaux, par exemple. Mon but est d'enseigner une façon stratégique de voir les choses. Comment penser quand on joue, mais aussi comment penser dans la vie de tous les jours», précise-t-il.
Loin de lui l'idée d'encourager les étudiants à s'adonner aux jeux de hasard. Dès le premier cours, il prend une approche très réaliste. Il s'assure de faire comprendre aux étudiants que l'objectif est de voir au-delà du jeu pour comprendre les principes mathématiques derrière celui-ci. Après avoir enseigné Poker 101 à quatre reprises, il constate que ses étudiants sont moins enclins à s'adonner aux jeux de hasard. «Ils comprennent les risques et les conséquences à long terme», observe M. Hofstra.
Le profil type d'un étudiant en Poker 101: «une personne qui souhaite apprendre à prendre de bonnes décisions et à penser de façon stratégique. Je pense que tout le monde peut apprendre quelque chose de ce cours, même si le jeu ne les intéresse pas», soutient Pieter Hofstra.
sbranch@ledroit.com