À Ottawa, plus d'un millier de pélerins ont participé au chemin de croix.

Plus d'un millier de fidèles honorent leur foi

Plus d'un millier de pèlerins ont fait un chemin de croix au centre-ville d'Ottawa, ce Vendredi saint, pour témoigner de leur foi.
Menée par l'archevêque d'Ottawa, Mgr Terrence Prendergast, la foule a défilé dans le silence et le recueillement à partir de la basilique Saint-Patrick de la rue Nepean, jusqu'à la basilique-cathédrale Notre-Dame d'Ottawa, en passant par la Cour suprême du Canada, la Colline parlementaire et le Musée des beaux-arts, où elle a fait des arrêts.
Des gens de tous âges et de toutes origines, certains avec crucifix et rameaux, ont participé à cette tradition du Vendredi saint.
La foi n'a pas d'âge, a remarqué Vincent-Gabriel Kirouac, qui a effectué sa marche du pardon en transportant un crucifix. « C'est beau de voir que la foule se renouvelle. Il y a beaucoup de jeunes. Il y a plusieurs personnes qui m'ont dit que j'allais faire une marche de personnes âgées, mais ce n'est pas le cas », s'est réjoui l'homme, présent avec sa fiancée Catherine et leur chien.
En 2012, ce dernier avait fait un tout autre genre de pèlerinage. « J'ai traversé le Canada à cheval, habillé en chevalier. C'était mon chemin de croix, mon pèlerinage. C'était aussi une expérience pour sensibiliser les gens à l'implication citoyenne et à la dévotion, dit-il. Cette année, on prend le temps de le refaire, autrement. Ce n'est pas le même pèlerinage, mais c'est le chemin de croix en Église avec les gens, dans la foi, dans le respect et dans l'amour. C'est un peu le reflet de ce que je véhiculais dans mon voyage de paix. »
D'autres ont tenu à rendre hommage à Jésus Christ. « C'est la journée qui a changé le monde. Notre Seigneur a été crucifié et est mort pour nous. Il est revenu pour nous pardonner tous nos péchés et c'est pourquoi nous sommes ici aujourd'hui pour l'honorer, pour être conscient de la présence qu'il a, et tout ce qui a fait pour nous. C'est ce que la croix représente pour nous », a fait part Carole.
Organisée pour une septième année consécutive par le mouvement catholique Communion et Libération, la procession du chemin de croix a mis en vedette une chorale d'une vingtaine de membres qui a entonné des chants en latin, donnant à l'événement une atmosphère toute spéciale. À plusieurs occasions, la foule s'est jointe à la chorale pour entonner des chants religieux.
<p>Dans le secteur Aylmer, la procession s'est mise en branle près des ruines de l'église Saint-Paul.</p>
À Gatineau, plusieurs dizaines de fidèles de la communauté chrétienne ont participé au traditionnel chemin de croix du Vendredi saint, une tradition qui remonte à la fin des années 1970.
Au son des prières et des chants religieux, la procession s'est mise en branle près des ruines de l'église Saint-Paul dans le secteur Aylmer, vendredi matin, pour se diriger vers l'église St. Mark.