Le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, et le député fédéral de Pontiac, William Amos, étaient à Wakefield jeudi matin.

Plus de 500 M$ pour l'accès à Internet en régions rurales

Certains secteurs de l'Outaouais et de l'Est ontarien pourraient se retrouver dans le lot de 300 communautés rurales ou éloignées du Canada qui pourront obtenir l'accès à un service Internet haute vitesse d'ici cinq ans, grâce à un investissement de 500 millions$ de gouvernement fédéral.
Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, était à Wakefield, jeudi matin, pour annoncer le lancement du programme baptisé Brancher pour innover.
Le ministre Bains a souligné qu'à l'heure actuelle, 98% de la population canadienne a accès à Internet, mais pas toujours à haute vitesse. «C'est là l'enjeu», dit-il. L'un des objectifs du programme sera de desservir les collectivités ne disposant pas encore d'un réseau avec un débit d'au moins 5 mégabits par seconde.
Les sommes serviront «à assurer la construction d'une infrastructure Internet de base (les autoroutes numériques qui permettent la circulation à haute vitesse de données volumineuses entre collectivités), afin de brancher des établissements comme les écoles, les hôpitaux, les conseils de bande des Premières Nations et les bibliothèques et d'améliorer les services aux foyers et aux entreprises ainsi que les services mobiles», a-t-il été précisé.
D'autres sommes pourront être consenties pour la mise à niveau d'infrastructures ou encore pour des projets d'amélioration de la capacité dans certaines régions. Les soumissions devront être présentées au plus tard en mars 2017.
«De 1400 à 1600 communautés pourraient être éligibles au programme», a indiqué le ministre, et 300 d'entre elles obtiendront une réponse favorable. En tout, «des centaines de milliers de personnes d'un océan à l'autre en profiteront», assure M. Bains.
Le choix risque d'être «difficile» à faire parmi l'ensemble des projets, convient le ministre. «Nous allons travailler fort et déterminer où sont les besoins et où sont les meilleures propositions», dit-il.
Le député de Pontiac, William Amos, a souligné que plusieurs coins de sa circonscription pourraient profiter de ces subventions. «La qualité varie, les vitesses varient et les prix varient, donc c'est difficile pour nos petites communautés, dit-il. [...] On est si proche de la ville et nos opportunités de croissance économique sont très importantes, mais il faut avoir la technologie.»
Le gouvernement prévoit que des investissements privés pourront aussi servir à ce déploiement de réseaux à haute vitesse. «Nous sommes confiants que le montant de 500 millions$ pourra grimper jusqu'à un milliard avec la participation du secteur privé», a indiqué M. Bains.