Les élus de la MRC Papineau s'opposent vivement au projet du MTQ de fermer le pont de Plaisance pour une période de 18 mois.

Plaisance attend la décontamination avant l’achat d'un terrain

Un problème de contamination de sol retarde le processus d’achat par la municipalité de Plaisance d’un terrain de 64 acres qui doit servir de futur site pour du développement résidentiel.

Depuis l’an dernier, la municipalité de Plaisance caresse l’idée d’acquérir un terrain de 64 acres propriété d’Hydro-Québec, au nord de l’autoroute 50, aux abords de la rivière Petite-Nation, dans le but d’y accueillir éventuellement un développeur immobilier.

La municipalité prévoyait acheter le terrain en question au courant de l’automne, mais les études de sols ont démontré qu’une petite parcelle de la propriété est contaminée au zinc, ce qui a retardé l’échéancier. Selon le maire de Plaisance, Christian Pilon, les travaux de décontamination devraient avoir lieu au printemps et l’achat auprès de la société d’État pourra ensuite se concrétiser.

Le conseil municipal, qui a tenu une séance d’information publique en mai 2018 sur le sujet, prévoit emprunter 130 000$ pour acquérir le vaste domaine des mains d’Hydro-Québec. Une somme de 95 000$ servira à l’achat du terrain, alors qu’un montant de 35 000$ sera injecté pour l’embauche d’une firme qui aura comme mandat de définir les balises du futur projet résidentiel.

«On veut faire quelque chose de beau qui va bien vieillir à travers les années. La firme va nous aider à établir les critères qui devront être respectés par le promoteur qui nous achètera le terrain», précise Christian Pilon.

Ce dernier souligne que l’objectif du projet est que des maisons soient construites rapidement, une fois que la propriété aura été acquise par Plaisance et revendue à un promoteur.

La municipalité prévoit qu’une quarantaine de portes pourraient être érigées sur le terrain en question d’ici les prochaines années, si tout va comme prévu. Des premières constructions pourraient voir le jour dès 2020, espère le maire Pilon, qui ne cache pas que Plaisance mise beaucoup sur ce projet pour redynamiser son village.

«Il y a deux façons d’aller de l’avant avec un budget. Soit que tu augmentes les taxes, ou bien tu fais du développement. C’est un terrain près de l’autoroute 50, à 30 minutes de Gatineau, et près de la rivière Petite-Nation où on va retrouver des maisons abordables. Je m’attends à ce que beaucoup de gens de la ville soient intéressés à venir s’installer ici quand ce sera en place», indique-t-il.