Patrice « Pico » Dagenais a participé a un match amical de rugby en compagnie d’élèves, à Russell.

« Pico » de passage à Russell

Patrice « Pico » Dagenais était de passage à l’école secondaire de Russell (Russell District High School), jeudi dernier, afin de participer un match amical de rugby en fauteuil roulant avec des élèves.

L’activité était organisée dans le cadre de la Journée internationale des personnes handicapées, qui se tient le 3 décembre. 

« C’est important pour nous de montrer aux jeunes une perspective de ce type de sport unique en fauteuil roulant. C’est aussi pour montrer à la communauté qu’il y a gens avec différents handicaps et différents défis », a affirmé Patrice Dagenais.

Il s’agissait d’une quatrième participation à cet événement le co-capitaine de l’équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant. Le médaillé paralympique, originaire de Marionville, fait également partie du comité d’accessibilité de la municipalité de Russell dont le mandat est d’améliorer l’accessibilité, et par le fait même, la qualité de vie des gens ayant un handicap. 

« C’est important d’avoir des commerces accessibles pour nous. La municipalité peut en faire jusqu’à un certain point, mais les commerçants ont aussi leur rôle à jouer », d’ajouter M. Dagenais. 

Ainsi, une poignée d’élèves ont enfourché les fauteuils roulants et on fait travailler leur bras dans ce sport très physique. 

« C’était incroyable comme expérience. Ça prend de bons muscles au bras afin de passer à travers les autres joueurs », a commenté Logan MacGregor. 

Il s’agissait d’une primeur cette année puisque l’invitation était lancée à des élèves plutôt qu’à des membres du conseil municipal et des employés municipaux. Le maire de Russell, Pierre Leroux était tout de même présent pour encourager les jeunes et faire la mise en jeu du ballon.

« Je suis un peu déçu de ne pas jouer cette année, a confié le maire à la blague. Mais je pense que c’est une bonne occasion pour les jeunes de vivre l’expérience d’être en fauteuil roulant ».

Bien que plusieurs pas aient été franchis en matière d’accessibilité ces dernières années notamment grâce au comité d’accessibilité, il y a toujours place à amélioration selon le maire. Celui-ci précise toutefois que la province devra également contribuer.

« Un des défis, c’est évidemment le financement. La province impose des lois et des normes d’accessibilité, mais ne donne pas les fonds pour les appliquer. La province pourrait avoir des octrois pour les entreprises qui veulent améliorer l’accessibilité », a affirmé M. Leroux.