Une activité sur l’anniversaire du drapeau canadien a été ajoutée à une sortie scolaire scientifique.

Une sortie éducative qui dérange à l'école Louis-Joseph-Papineau

La pertinence d’une sortie pédagogique pour les élèves de première secondaire inscrits au Programme d’éducation internationale (PÉI) à l’école Louis-Joseph-Papineau (LJP), à Papineauville, est remise en question après qu’un volet à saveur « partisane » aurait été intégré à l’activité à la toute dernière minute.

Deux groupes d’élèves du PÉI de l’école LJP se sont rendus, le 14 février, au Centre des sciences de Montréal. Moyennant un tarif de 28 $ par enfant, l’escapade vers la métropole, présentée comme une « sortie éducative » selon une lettre envoyée le 14 janvier aux parents par la direction de l’école et dont Le Droit a obtenu copie, prévoyait que les participants allaient visiter la nouvelle exposition permanente Explore. Les élèves devaient également prendre part à une activité scientifique encadrée et assister au visionnement d’un film IMAX, durant la journée.

Dans les jours précédant la sortie pédagogique, un courriel a toutefois été envoyé aux parents des élèves participants par l’enseignante, indiquant qu’une nouvelle activité allait être intégrée à la programmation.

Afin de souligner le Jour du drapeau national du Canada qui avait lieu lendemain, soit le 15 février, les adolescents étaient conviés à prendre part, sur l’heure du dîner, à un rassemblement nommé Un drapeau qui fait voyager ! et dont l’hôte était le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbault.

« Les étudiants auront la chance de poser des questions à (l’astronaute) David Saint-Jacques et au ministre Steven Guilbeault au sujet du drapeau canadien, de ce qu’il représente ici et à l’étranger et pourquoi nous célébrons ce symbole », peut-on notamment lire dans le document officiel portant le sceau de Patrimoine canadien qui a été acheminé aux parents des élèves.

Sébastien Béland, dont la fille a participé à la sortie scolaire, déplore que l’école Louis-Joseph-Papineau ait accepté d’ajouter à l’horaire ce volet portant sur l’unifolié.

« Qu’est-ce que ça apporte à la science qu’un bout de tissu ait passé du temps dans l’espace ? L’activité a tourné principalement sur la fierté d’être Canadien et n’était pas scientifique du tout », peste le père de famille de la Petite-Nation.

La CSCV se défend

À la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV), on affirme que c’est le conseil d’établissement de l’école qui a pris la décision d’ajouter la portion sur le drapeau canadien à la sortie pédagogique qui était « facultive ».

Le fait que les élèves pouvaient échanger avec l’astronaute David Saint-Jacques a convaincu le conseil d’établissement de prendre la décision, note le directeur des communications de la CSCV, Jasmin Bellavance.

« Peut-être qu’ils auraient préféré aborder d’autres sujets que le drapeau avec David Saint-Jacques, mais en même temps, le drapeau, c’est éducatif. Dans le cursus du cours Univers social, le programme du gouvernement du Québec revient sur la question des drapeaux. Ce n’est pas complètement étranger comme contenu qui est à dispenser aux élèves », explique-t-il, ajoutant qu’un module du cours en question traite du drapeau du Québec à un certain moment durant l’année scolaire.