La Caisse Desjardins de la Petite-Nation a retiré le guichet automatique de Ripon le 11 janvier dernier, malgré un fort mouvement de contestation dans la municipalité et les environs.

Une première petite victoire

Les membres mécontents de la Caisse Desjardins de la Petite-Nation qui réclament le retour du guichet automatique à Ripon viennent de remporter une première bataille.

La caisse tiendra une assemblée générale extraordinaire avec comme seul point à l’ordre du jour la réouverture du service automatisé, tel que le souhaitaient les signataires d’une récente pétition, confirme l’instigateur de la démarche, Vincent Ouellette-Destroismaisons.

Dans une lettre datée du 5 février et dont le contenu a été diffusé par ce dernier sur Facebook, le président de la Caisse Desjardins de la Petite-Nation, Paul Lalonde, affirme que la pétition déposée le 23 janvier dernier au siège social de la coopérative, à Saint-André-Avellin, respecte les exigences réglementaires pour l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire. Celle-ci aura lieu au début avril, conformément aux délais prévus par la Loi, ajoute le président dans la missive.

Au moins 2 % des quelque 12 000 membres de la Caisse Desjardins de la Petite-Nation devaient faire la requête pour la tenue d’une telle rencontre devant le conseil d’administration, selon la Loi sur les coopératives de services financiers. Ils sont finalement 414 sociétaires à avoir signé la pétition entre le 12 et le 23 janvier.

Vincent Ouellette-Destroismaisons affirme qu’il s’agit d’une première victoire et que la balle est maintenant dans le camp des membres mécontents de la caisse de faire valoir leur point auprès de l’institution en se rendant à la réunion dont la date de convocation sera connue prochainement. « La tribune démocratique est là. Il s’agit maintenant de mobiliser les gens pour qu’ils se présentent », indique le résident de Ripon.

Celui-ci estime que « le combat de la caisse de Ripon » risque fort bien d’inspirer d’autres localités de la Belle Province aussi aux prises avec un démantèlement de services de la part de Desjardins.

« Depuis le début du processus que j’ai entamé, je m’assure d’être transparent, d’être dans les règles et je veux m’assurer que ça fonctionne parce que je sais que le Québec regarde ce qui se passe à Ripon et dans la Petite-Nation. Cette assemblée sera historique. À mon avis, c’est la première assemblée générale extraordinaire qui aura lieu au Québec et ça pourrait faire jurisprudence pour d’autres villages qui vivent la même situation avec Desjardins », mentionne M. Ouellette-Destroismaisons.

Rappelons que la Caisse Desjardins de la Petite-Nation a retiré le guichet automatique de Ripon le 11 janvier dernier, malgré un fort mouvement de contestation dans la municipalité et les environs. La direction de la caisse a notamment justifié sa décision par la chute du volume de transactions enregistrées au sein du guichet depuis son installation au Marché public de la Petite-Nation, en 2011.

Ces dernières semaines, les villages de Plaisance et Notre-Dame-de-la-Salette, toujours en Outaouais, ont également appris que leur point de service de Desjardins serait fermé en août prochain. À noter que le comptoir caissier de Notre-Dame-de-la-Salette est situé sur le territoire de la Caisse Desjardins du Cœur-des-vallées.