Une pétition pour le tracé Masson-Montebello

Un groupe de citoyens met son grain de sel dans la relance du train à vapeur de la Gatineau en lançant une pétition faisant la promotion de l'axe Masson-Montebello. Le document, en circulation depuis vendredi, avait recueilli un peu plus d'une centaine de signatures, hier.
Piloté par Monique Chénier, une résidente du secteur de Masson-Angers depuis 71 ans, le regroupement citoyen espère déposer la pétition auprès de Tourisme Outaouais afin de convaincre les décideurs de miser sur le plan B proposé par le CLD Papineau, soit un parcours touristique entre l'ancienne gare de Masson et Montebello.
Les gens responsables de la pétition ne se sont pas donnés d'objectif; ils espèrent seulement récolter le plus d'appuis possible au cours des prochaines semaines.
«Ça fait depuis 2011 que je pense que le train devrait être ici à Masson. Ça fait trois ans qu'il ne fonctionne plus. Nous avons plein d'histoire dans la région ici. Nous avons Thurso, la ville de Guy Lafleur, le parc national de Plaisance... Il y a quelque chose d'attrayant pour les touristes. Nous avons les rails, pourquoi n'aurions-nous pas le train?» se demande Mme Chénier.
Bientôt un plan d'affaires
Un plan d'affaires, commandé en décembre dernier par le CLD Papineau, Montebello et le ministère des Finances, devait initialement être déposé avant la fin février. Le directeur général du CLD Papineau, Aurèle Desjardins, a indiqué que le document serait finalement complété à la fin juillet, puisqu'obtenir certaines données a été plus long que prévu, notamment auprès de l'entreprise propriétaire des rails, Les Chemins de fer Québec-Gatineau.
Une rencontre entre la firme de consultants, le centre local de développement, la MRC Papineau et la société ferroviaire a d'ailleurs eu lieu vendredi dernier à ce sujet.
Rappelons que la Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO), propriétaire du train à vapeur, attend toujours de savoir si Québec financera la réhabilitation de la voie ferrée du tracé original Hull-Chelsea-Wakefield.
LeDroit révélait en avril dernier que les coûts associés à la stabilisation des sols exigée par Québec pourraient s'élever à 50 millions de dollars.
La présidente de la CCFO, Louise Boudrias, a annoncé à la mi-juin que l'option d'un trajet urbain reliant l'ancienne gare Montcalm au lac Beauchamp était présentement à l'étude. Ce tracé pourrait voir le jour en attendant que le plan A se concrétise, avait alors fait savoir Mme Boudrias. Cette nouvelle avait fait sourciller les tenants du projet Gatineau-Montebello, dont la préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande.
bsabourin@ledroit.com