Plusieurs citoyens ont assisté à la rencontre d'information concernant un projet de sentier de 5,5 km qui longera la rivière du Lièvre.

Un projet de sentier polyvalent

La Ville de Gatineau, la firme de consultants Nova Sylva et Énergie Brookfield ont présenté les grandes lignes du projet de sentier polyvalent du Lièvre Ouest, mercredi soir, lors d'une rencontre d'information tenue au Centre de services du secteur Buckingham.
Le tracé préférentiel conceptualisé par Nova Sylva et dévoilé au grand public prévoit un chemin de 5,5 kilomètres qui longera la rive ouest de la rivière du Lièvre entre le pont Brady à Buckingham et l'intersection de la rue Georges et de la route 148, dans le secteur Masson-Angers. La piste viendra en fait boucler le circuit déjà existant du côté est de la rivière, aux abords du chemin de Masson.
La Ville de Gatineau a réservé un budget de 2 millions de dollars pour ce projet dont la première phase de travaux devrait s'amorcer en 2018. 
Énergie Brookfield, propriétaire des terrains où sera aménagé le sentier, louera ceux-ci à la municipalité à raison de 1 $ par an durant 50 ans, en vertu du bail signé entre les deux parties. C'est Gatineau qui aura la responsabilité d'entretenir et d'assurer la surveillance sur le parcours où des aires de repos, des belvédères et des panneaux d'interprétation seront entre autres aménagés.
Le conseiller du district de Buckingham, Martin Lajeunesse, estime que l'aménagement de ce sentier polyvalent va venir combler un besoin réclamé depuis longtemps par les résidents de l'est de Gatineau. 
« Quand on passe sur la rue Georges, ce n'est vraiment pas sécuritaire pour les cyclistes. C'est un excellent projet qui va permettre d'améliorer l'offre de loisirs dans le secteur. Les gens pourront marcher, faire du vélo et même faire du ski de fond », a souligné l'échevin.
De son côté, Énergie Brookfield ouvrira l'accès à ses terrains qui sont déjà fréquentés par des visiteurs clandestins alors qu'il est pourtant interdit d'y circuler à l'heure actuelle. 
« C'est un endroit qui a une grande valeur en raison de la proximité avec les résidences et du fait que ce soit un milieu naturel intéressant. C'était la solution idéale pour nous d'ouvrir ce terrain à la communauté environnante tout en assurant un cadre sécuritaire », a expliqué Julie Chagnon, gestionnaire des relations avec les parties prenantes chez Énergie Brookfield. 
Le président de la Société d'histoire de Buckingham, Michel Riberdy, applaudit quant à lui le projet. Celui-ci estime que ce nouveau sentier pourra servir à mettre en valeur l'histoire industrielle de Buckingham et Masson grâce à plusieurs artefacts qui sont demeurés intacts le long de la rivière. « Une bonne partie de l'histoire industrielle et de la foresterie de Buckingham et Masson est là. Il reste encore des vestiges de l'ancienne pulperie du début des années 1900. Il y a des centaines de meules qui sont encore là. Il y a plusieurs choses qu'on pourra mettre en évidence », a-t-il dit.
Les citoyens qui ont assisté à la réunion d'information mercredi soir étaient invités à soumettre leurs suggestions et commentaires. L'appel d'offres pour les plans et devis et pour les études environnementales devrait être lancé ces prochains mois.