Thurso demande une rencontre urgente avec Hydro-Québec afin de régler les problèmes de tension qui plombent le réseau électrique de la municipalité.

Thurso veut des réponses d’Hydro-Québec

La Ville de Thurso demande une rencontre urgente avec Hydro-Québec afin de régler les problèmes de tension qui plombent le réseau électrique de la municipalité depuis déjà plusieurs mois.

Selon le maire Benoît Lauzon, les baisses et hausses de tension de même que les interruptions de courant ont été fréquentes sur le territoire de la municipalité lors de la dernière période estivale.

Des plaintes provenant de résidents et d’entreprises ont été déposées à l’hôtel de ville durant les mois de juin, juillet et août, si bien que l’administration thursolienne avait avisé la société d’État de la situation. Vers la fin de la période estivale, Hydro-Québec avait signifié à la municipalité que le problème était désormais réglé.

Or, il semble que le réseau desservant Thurso est toujours instable, déplore le maire Lauzon, dont le conseil municipal vient de demander une rencontre avec Hydro-Québec.

« On nous avait dit qu’on avait trouvé la problématique. La situation s’est calmée au début de l’automne, mais c’est de retour de plus belle depuis la mi-octobre. Quand c’est revenu, on a demandé une rencontre avec Hydro-Québec. On avait une date et ils ont annulé. On avait une deuxième date et la réunion prévue a été annulée encore. Maintenant, on demande une rencontre par résolution », affirme M. Lauzon.

Le premier magistrat souligne que l’instabilité du réseau a provoqué des pertes financières chiffrées entre 15 000 et 20 000 $ pour Thurso. L’entreprise Mountain Granite aurait également subi des dommages équivalents à plusieurs milliers de dollars en raison de ces creux de tension.

« Le courant baisse parfois à un niveau très bas, sans qu’il y ait interruption. À un certain moment durant l’été, le courant pouvait couper de sept à huit fois par jour. Ça cause des problèmes aux appareils dans les résidences. De notre côté, on a eu des bris à notre usine de filtration d’eau. Ce sont des coûts importants », mentionne M. Lauzon.

Pas un cas particulier

Chez Hydro-Québec, on affirme prendre les mesures nécessaires pour garantir un service de qualité. Des experts ont été dépêchés sur le terrain ces derniers mois. Des appareils de mesure ont été installés à l’usine de filtration et à l’hôtel de ville de Thurso.

Depuis le 10 octobre, un disjoncteur télécommandé a été greffé à la ligne principale qui alimente la municipalité en électricité dans le but d’alerter Hydro-Québec plus rapidement en cas de déclenchement de lignes.

Un dispositif permettant de localiser plus rapidement des incidents sur la ligne, sera aussi intégré au réseau. L’ajout du nouveau poste Thurso-Papineau 120-25Kv, prévu en 2019, devrait aussi permettre d’améliorer la condition du réseau, selon le porte-parole de la société d’État, Louis-Olivier Batty.

En se basant sur les analyses de ses experts, Hydro-Québec a recommandé à la Ville et Mountain Granite de se doter d’appareils de mitigation dans le but de protéger leurs équipements électriques, fait valoir M. Batty, qui précise que rien ne permet pour l’instant de démontrer qu’il y a plus de baisses ou de hausses de tension à Thurso qu’ailleurs en province.

« Par rapport à ce qu’on voit ailleurs au Québec, pour même le type de configuration de réseau et de municipalité, on ne voit pas plus de variations. Les creux de tension, c’est un phénomène normal sur un réseau électrique. C’est d’ailleurs dans les conditions de service, les clients doivent avoir les équipements nécessaires pour se prémunir contre ça. Ça ne réglera pas tout, mais ça va régler une grosse partie des problèmes », explique M. Batty.

L’administration de Thurso, pour sa part, n’a pas l’intention de débourser de sommes pour une telle mesure de protection, alors que le problème émane d’Hydro-Québec, fait valoir le maire de Thurso.

M. Batty souligne qu’il y aura rencontre entre Hydro-Québec et les intervenants de Thurso, si c’est ce que la municipalité souhaite.

« Si la Ville veut nous rencontrer, nos experts sont disponibles pour répondre aux questions, mais c’est clair qu’il y a des choses que la Ville doit faire et c’est d’avoir l’équipement nécessaire pour protéger leurs moteurs et leur système », dit-il.