La Municipalité de Saint-André-Avellin entreprend une refonte de sa réglementation dans le but de mieux contrôler le transport routier qui transit sur son territoire
La Municipalité de Saint-André-Avellin entreprend une refonte de sa réglementation dans le but de mieux contrôler le transport routier qui transit sur son territoire

Saint-André-Avellin veut limiter le nombre de camions qui empruntent les chemins municipaux

Aux prises avec une circulation de plus en plus dense de camions lourds sur ses chemins ruraux, la Municipalité de Saint-André-Avellin entreprend une refonte de sa réglementation dans le but de mieux contrôler le transport routier qui transit sur son territoire.

Le conseil municipal de Saint-André-Avellin a donné son aval, un peu plus tôt cette semaine, à un projet de règlement afin de modifier son ancienne réglementation relative à la circulation des camions datant de 2011. 

La nouvelle politique proposée par les élus doit être soumise et approuvée par le ministère des Transports du Québec avant d’être entérinée. Si tout va comme prévu, son adoption se fera lors de la séance du conseil de juillet, indique le maire de Saint-André-Avellin, Jean-René Carrière.

Le projet de règlement propose un encadrement plus strict des «camions, véhicules de transport d’équipement et des véhicules-outils sur les chemins ruraux de la municipalité».

«La circulation de camions sur nos chemins crée de la grogne et on veut se donner les outils nécessaires pour mieux encadrer les allées et venues de ce type de véhicules afin d’offrir une meilleure qualité de vie à nos citoyens», affirme le maire Carrière.

Depuis que la sablière de l’entreprise Les fruits de la terre, dans le village voisin de Ripon, a débuté son exploitation, tout récemment, le nombre de camions à benne circulant sur les chemins de juridiction municipale à Saint-André-Avellin a explosé, souligne le premier magistrat. Cette situation est devenue un irritant pour de nombreux résidents. 


« Il est possible qu’éventuellement nous ayons des rues et des chemins où il sera défendu de rouler pour les camionneurs »
Jean-René Carrière, maire de Saint-André-Avellin

Le projet de règlement prévoit que «tous les camions qui utilisent un chemin rural pour se rendre ou pour sortir d’une gravière-sablière ne pourront circuler entre 22h et 6h» à Saint-André-Avellin. 

«Il est possible qu’éventuellement nous ayons des rues et des chemins où il sera défendu de rouler pour les camionneurs, mais ce qu’on souhaite surtout pour le moment, c’est limiter les heures de transport. Actuellement, ce que nous avons, c’est un vieux règlement qui comporte trop de points où il y a matière à interprétation. Juste au niveau des heures de circulation, la Sûreté du Québec ne peut pas donner de contravention à un camionneur si celui-ci circule en dehors des heures de transport parce que notre règlement n’est pas clair. Nous n’avions seulement qu’une entente verbale», note M. Carrière, qui ajoute que l’objectif derrière cette nouvelle réglementation est également de protéger le réseau routier de la localité et d’assurer la sécurité des citoyens.

Les routes numérotées telles que la 323 et la 321 ne seront pas affectées par cette réglementation puisqu’elles sont de juridiction provinciale. Une fois que le règlement sera en place, de la signalisation appropriée sera installée sur les routes concernées, a assuré M. Carrière.