La Caisse Desjardins de la Petite-Nation a fermé le guichet automatique de Ripon, ce qui a provoqué une levée de boucliers dans le village.

Ripon perd son guichet automatique

Un mouvement de contestation s’organise à Ripon à la suite de la décision de la Caisse Desjardins de la Petite-Nation de fermer le guichet automatique du village.

L’appareil électronique en question est hors service depuis qu’un automobiliste a accidentellement embouti une partie de la façade de l’édifice de la Coopérative de solidarité Place du marché de la Petite-Nation, le 13 octobre dernier.

Or, la municipalité de Ripon a annoncé, mardi, par le biais de sa page Facebook, être « contrainte » d’annoncer que la Caisse Desjardins de la Petite-Nation avait finalement pris la décision unilatéralement de mettre la clé sous la porte du guichet et par le fait même de ne pas rouvrir l’endroit. 

Depuis la publication, de nombreux internautes manifestent leur colère face à cette décision. Marthe Lemery, une résidente de Ripon, a lancé mercredi une pétition en ligne afin de forcer la main à l’institution financière pour qu’elle revoie sa décision. La requête accessible sur le site change.org avait recueilli plus de 200 signatures, en fin de journée hier.

Mme Lemery invoque notamment dans la pétition que « les populations de Ripon, Montpellier et Saint-Sixte n’ont aucun autre accès à des services bancaires physiques dans leurs communautés » et que « ces municipalités ont des populations vieillissantes, qui contrairement aux jeunes, redoutent les transactions en ligne ». 

Le document précise également qu’Internet ne rejoint pas l’ensemble du territoire et que le service est souvent déficient. 

Le guichet représente aussi un outil indispensable pour l’économie locale puisque les commerçants qui font des affaires au Marché public n’ont pas les équipements nécessaires pour prendre les cartes de crédit et débit, plaident les signataires du document. 

« Depuis que l’ère est à la rentabilisation et au regroupement, on se fait enlever des services de proximité. Il y avait une caisse avant à Montpellier et on l’a fermé. Aujourd’hui, c’est le guichet de Ripon. Si on suit toujours le seul principe de rentabilité, on pourrait nous arriver bientôt en annonçant la fermeture du guichet à Montebello ou de la succursale de Papineauville. On n’accepte pas la décision et on va essayer de faire tout ce qu’on peut pour essayer d’infléchir les dirigeants de la Caisse », clame Mme Lemery.

Pas de réouverture probable

Du côté de Desjardins, le conseil d’administration de l’institution ne fera pas marche arrière. Le directeur général de la Caisse Desjardins de la Petite-Nation, Roger Lafrenière, affirme que l’avenir du guichet de Ripon était déjà sous analyse avant l’incident survenu en octobre dernier. 

M. Lafrenière souligne qu’une diminution d’achalandage de 38 % a été observée auprès du guichet depuis que celui-ci a été installé en 2011 au sein du bâtiment de la Coopérative de solidarité Place du marché de la Petite-Nation. 

C’est l’ensemble du parc de guichets de Desjardins qui doit être revu à court terme pour faire face à l’évolution technologique et au changement de comportement des clients qui font de plus en plus leurs transactions par Internet, explique le directeur de la Caisse Desjardins de la Petite-Nation.

« On a fait une analyse approfondie de nos transactions et la décision a été mûrement réfléchie. Considérant la baisse d’achalandage continuelle et les coûts rattachés à l’implantation d’un guichet plus moderne à Ripon, on a dû se positionner et prendre la meilleure décision pour l’ensemble de nos 12 000 membres », a mentionné au Droit M. Lafrenière.

Aucune autre fermeture n’est envisagée présentement pour les autres points de services de l’établissement, assure le directeur.