Sans surprise, la construction de la Résidence Le Monarque, qui devait s’amorcer ce printemps à Plaisance, se retrouve sur la glace à cause de la pandémie de COVID-19.
Sans surprise, la construction de la Résidence Le Monarque, qui devait s’amorcer ce printemps à Plaisance, se retrouve sur la glace à cause de la pandémie de COVID-19.

Résidence Le Monarque: pas de construction à Plaisance cette année

Sans surprise, la construction de la Résidence Le Monarque, qui devait s’amorcer ce printemps à Plaisance, se retrouve sur la glace à cause de la pandémie de COVID-19. Le conseil d’administration de la maison de soins palliatifs opérant depuis août 2014 dans l’ancien couvent de Montebello a dû se résigner à mettre son projet sur pause en raison de l’incertitude entourant le financement du futur chantier.

En décembre dernier, les administrateurs du Monarque, dans la Petite-Nation, avaient lancé une campagne de financement dans le but de récolter 3,5 millions de dollars pour construire une résidence flambant neuve sur le chemin de la Presqu’île, à Plaisance. Le terrain destiné à accueillir la maison de soins palliatifs est acheté depuis 2012. En conférence de presse, le conseil d’administration de l’organisme avait du même coup annoncé avoir recueilli 1,8 million en don, une somme qui devait lui permettre de débuter les travaux de construction de l’édifice dès le printemps 2020.

Or, l’éclosion soudaine de la pandémie de coronavirus au Québec en mars et la crise économique qui a suivi a chamboulé les plans des administrateurs de la Résidence Le Monarque qui ont finalement envoyé une lettre à leurs donateurs, le 14 mai, pour les informer que le chantier de Plaisance ne verrait pas le jour cette année.

«Pour le moment, le conseil d’administration a décidé de mettre en veilleuse l’exécution du projet par respect envers les gens de la communauté et les entreprises qui vivent des moments difficiles. Nous souhaitons vous rassurer que nous n’annulons pas la construction et que l’argent amassé demeurera dans un compte spécifique dédié à la construction. Nous suivrons la situation de près et nous relancerons le projet à un meilleur moment et de façon sécuritaire», peut-on lire dans la missive dont Le Droit a obtenu copie.

En entrevue, la directrice générale de la Résidence Le Monarque, Manon Cardinal a indiqué au Droit qu’il aurait été imprudent de la part de l’organisme d’aller de l’avant avec le plan initial puisque certains dons parmi le montant de 1,8 million annoncé en décembre n’ont toujours pas été encaissés.

«Nous étions rendus à la signature avec les contracteurs. On avait six contracteurs qui avaient soumissionné, mais on doit être sage dans nos décisions. On va tout faire pour construire la résidence le plus rapidement possible, mais tout a été mis sur la glace pour tout le monde actuellement. On ne voulait juste pas courir de risques et signer avec un entrepreneur quand on attend encore des sous qu’on nous a promis», a expliqué Mme Cardinal.

Les démarches de financement sont d’ailleurs maintenues, mais à un rythme beaucoup plus lent, indique la directrice générale qui rappelle qu’aucun événement caritatif ne peut être tenu en ce moment en raison de la pandémie. Un nouveau comité de philanthropie qui aura pour mandat de «réinventer la façon de faire» de l’organisme pour aller récolter des fonds doit être bientôt mis sur pied, a-t-elle laissé entendre.

L’édifice attendu à Plaisance proposera six lits, en vertu des règles du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec qui prévoit «un lit réservé aux soins palliatifs et de fin de vie par 10 000 personnes» pour chaque territoire sociosanitaire de la province. Un centre de jour pour accueillir les gens qui ont 18 mois de vie et moins sera également intégré au bâtiment.